A LA UNE Actualité societe Ziguinchor

Ziguinchor / An 19 du JOOLA : le gouvernement promet de renflouer l’épave du navire et une détermination des responsabilités

De Youssouf DIMMA, Correspondant de Teranganews à Ziguinchor

C’est la première fois que de telles promesses soient faites, 19 ans après le naufrage du bateau MS/Le Joola, qui, le 26 septembre 2002, vers les coups de 23H30, sombrait dans l’océan atlantique aux larges de la Gambie. En effet, dans son allocution prononcée à la commémoration dudit naufrage ce dimanche 26 septembre 2021, le ministre des forces armées, le chef de la délégation gouvernementale a déclaré que l’État allait accéder aux exigences des familles des victimes qui sont en même temps des demandes pressantes du maire de Ziguinchor.

Selon Me Sidiki Kaba, “Le gouvernement à bien pris en compte les préoccupations des familles des victimes pour lesquelles les réponses seront prises en compte aux dispositions réglementaires. Il s’agit notamment du renflouement de l’épave du bateau le Joola, de la détermination des responsabilités juridiques et administratives du naufrage et du vote d’une loi instituant la journée du 26 septembre, journée du souvenir des naufragés du Joola”.

Avant cette annonce, le ministre des forces armées d’une cité toute une liste de réalisations faites par l’État dans la région naturelle de la Casamance non sans rappeler d’autres en cours d’exécution.

Pour sa part, M. Abdoulaye Baldé, maire de Ziguinchor qui la ville la plus endeuillée avec 971 décès enregistrés, a dans son allocution, rappelé avec insistance que dès après la catastrophe, les familles des victimes avaient commencé à demander le renfloouement de l’ épave du navire, la construction d’un mémorial qui devrait être un lieu de recueillement et l’indemnisation des familles des victimes et des rescapés.

Le maire Baldé a aussi insisté sur le fait que le pont Emile Badiane de Ziguinchor devrait être réhabilité en plus de la construction d’un second pont sur le fleuve Casamance non loin du premier.
Le Chef de la délégation gouvernementale a dans sa réponse indiquée qu’en plus de l’ensemble des orphelins du Joola qui sont désormais pris en charge par l’État, un mémorial de 4 étage est en cours de construction sur la rive gauche du fleuve Casamance, sur au moins 1 hectare.

Quant au président de l’Association nationale des familles des victimes du Joola, Boubacar Ba, il a rappelé dans son allocution que : “ce même jour 26 septembre il ya 19 ans, un autre jour dans l’histoire, le JOOLA avait fini de sceller l’image de la mort dans l’histoire de douze (12) peuples. Il était environs 23h30, le navire MS/Le JOOLA avait décidé de réaliser sa véritable plongée dans l’horreur au fond des abysses de l’Océan Atlantique, entraînant avec lui 1953 figures diversifiées de plusieurs générations issues de douze (12) pays. Ce fut un long week-end noir, de tristesse, de chaos et des souvenirs indélébiles. Les Familles porteront la marque du MS/Le JOOLA toutes leurs vies. Les récits glaçants des Rescapés qui racontent l’incident fatal sans occulter aucun détail,signale que notre pays et les 11 nations qui partagent cette tragédie, se sont éteints avec des milliers de familles très mal en point, dont l’attention psychique, morale et chute affective inexorablement”.

A la fin de la commémoration, la rencontre traditionnelle prévue, entre la délégation gouvernementale et les familles des victimes du MS/Le Joola, dans la salle des délibérations de la gouvernance de Ziguinchor, a été considérée par une visite sur le chantier du mémorial- musée.

A propos de l'auteur

Khadim FALL

Laissez un commentaire