A LA UNE Actualité Médias Presse Presse du jour Saint-Louis

À Saint-Louis, les journalistes du Nord dénoncent les agressions subies par la presse

De Adama SENE correspondant de Teranganews  à  Saint Louis 

A l’image de leurs confrères membres de la Coordination des Associations de la Presse (CAP), les journalistes et techniciens de Saint Louis ont organisé hier un sit in à la place Abdoulaye Wade pour la célébration de la journée internationale de la liberté de la presse. Une occasion qu’ ont saisi ces derniers pour dénoncer les écarts, violations et agressions dont la presse est victime dans notre pays. La manifestation a été clôturée par la remise d’un mémorandum au préfet du département de Saint Louis.

Pour le porte parole du jour des journalistes et techniciens des médias de Saint Louis, ce sit-in qui se tient à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse est une tribune pour dénoncer les atteintes et agressions subies par les professionnels des médias.  » Ces derniers temps la presse a été la cible d’attaques et de violentes agressions.

Lors des manifestations du mois de Mars, des sociétés de presse plus précisément des télévisions ont été soit attaquées par des manifestants pour des raisons non encore élucidées ou ont tout simplement fait l’objet d’intimidations de la part de l’organe de régulation de l’audiovisuel, le CNRA qui a suspendu leur signal pendant des jours » a dénoncé Cheikh Ndiongue. Avant de rappeler que de telles tentatives d’intimidations et de musellement des médias ne sauraient prospérer au 21 ème siècle. « C’est pourquoi, les journalistes, reporters, techniciens et autres professionnels des médias de Saint-Louis, à l’image de leurs confrères du reste du pays dénoncent avec la dernière énergie ces pratiques et exigent de la part de leurs auteurs plus de respect et de considération dans l’exercice de leurs fonctions » a-t-il ajouté.

Dans le mémorandum remis au préfet du département de Saint Louis, les membres de la CAP/ Saint Louis y exigent la création d’un organe de régulation plus indépendant à la place du Cnra, l’adoption de la loi d’accès universel à l’information, l’application de la convention collective des journalistes, le respect du droit d’informer et la fin des stages à durée indéterminée dans les rédactions, entre autres. Le sit-in a été également une occasion d’interpeller l’état du Sénégal et surtout les patrons de presse sur la situation précaire des correspondants régionaux qui continuent de travailler dans des conditions extrêmement difficiles.  » Ces derniers travaillent sans moyens et sans outils et sont très mal payés. Cela les expose à la dépendance, la corruption et à toutes sortes de déviances par rapport à l’obligation qui pèsent sur eux d’informer juste et vrai. Nous sollicitons des patrons de presse qu’ils se penchent au plus vite sur leurs situations afin de leur proposer un traitement plus humain et conforme à la convention collective » a déclaré Cheikh Ndiongue.

Le préfet, Modou Ndiaye qui a reçu le document a promis de le transmettre à qui de droit. Avant de magnifier le travail de la presse dans les politiques publiques de l’Etat dont la dernière en date est l’accompagnement et l’engagement dans la lutte contre la pandémie de la Covid-19. Toutefois le chef de l’exécutif départemental a invité les journalistes à plus de responsabilité.

A propos de l'auteur

Khadim FALL

Laissez un commentaire