A LA UNE Actualité Dakar Justice

Meurtre de José Christiane Tilemans : le procureur de Thiès livre les circonstances du drame et le dossier transmis au juge d’instruction

Alassane Sarr dit Mame Ngor et sa première femme Rokhaya Sène risquent la perpétuité. Ils sont soupçonnés par le parquet d’assassinat, de complicité d’assassinat, violation des règles d’inhumation, actes de barbarie etc pour le meurtre de la belge José Christiane Tilemans et le dossier transmis au  juge  d’instruction.

Le procureur de Thiès a livré de nouveaux éléments ce mercredi lors d’une conférence de presse après la mort de la belge tuée par son mari. Face à la presse hier El Hadji Abdoulaye Baldé a fourni quelques éclairages sur cette affaire qui secoue ces derniers jours la ville de Thiès. Après la phase des dénégations, Alassane Sarr a finalement avoué devant les enquêteurs de la section de recherche son acte. Ce qui a permis de retrouver le corps de José Christiane, son épouse belge, et de procéder à son exhumation.

Mort par traumatisme cranio-encéphalique et thoracique avec fractures multiples

L’autopsie révèle, selon Elhadji Abdoulaye Baldé, que « la mort de la dame serait causée par un traumatisme cranio-encéphalique et thoracique avec fractures multiples, au préalable, et précédemment, les consultations médicales faisaient état d’hématomes frontales et sous dural, fracture des arcs antérieurs des, 2e,3e,4e, et 5ecôtes, gauche. Ce qui est en contradiction avec les déclarations de Sarr qui a dit aux enquêteurs avoir administré un seul coup de tête à sa femme en réponse à un coup de pilon qu’elle lui aurait porté ».

S’agissant de l’implication de sa première Rokhaya Sène, il s’est perdu dans ses propres contradictions. Elle qui disait n’être au courant de rien, a finalement reconnu avoir entendu un bruit dans la chambre de sa coépouse le jour des faits. Et aurait même demandé à celui-ci quand elle l’a vu refermer la porte de la chambre de sa coépouse à clé «ndax dafa dé», serait-elle morte ? Celui-ci lui aurait répondu par la négative, en la rassurant que José s’était simplement évanouie. C’est après cela qu’elle est partie à Mbour pour, dit-elle, rendre visite à ses parents. De retour le lendemain, elle n’a même pas demandé les nouvelles de sa coépouse qui a pourtant logé toute la famille.

« Interrogé dans le cadre de l’enquête, la fille d’Alassane, Rokhaya Sarr, a été interrogée, elle a dit aux enquêteurs s’être rendue, elle, dans la chambre de sa tante pour lui dire bonjour, comme à chaque fois qu’elle rentre à la maison après les cours. Constant que la chambre était fermée, elle a demandé à son père les nouvelles de sa tante, et celui-ci lui aurait répondu qu’elle était en voyage. Le dossier est aujourd’hui sur la table du juge d’instruction », a déclaré le procureur.

A propos de l'auteur

Khadim FALL

Laissez un commentaire