A LA UNE Actualité Ziguinchor

CASAMANCE / Bruit de bottes dans la Mutuelle Générale de l’Education du Sénégal (MGES) : La direction nationale taxée de « gestion catastrophique »

De Youssouf DIMMA TerangaNews Ziguinchor 

Des enseignants membres de la Mutuelle Générale de l’Education du Sénégal (MGES) qui s’estiment lésés par la Direction Nationale de cette structure, sise à Dakar, ont fait face à la presse ce jeudi 02 avril à Ziguinchor pour s’insurger contre cet état de fait.

Dans la déclaration qu’ils ont lue devant les journalistes, ces enseignants se sont insurgés, par la voix d’El Hadji Ansoumana Kandé l’un des porte-paroles, contre « la gestion catastrophique de la mutuelle par la direction nationale ».
Pour lui, « face à l’indifférence et le mépris notoire et affichés par la direction nationale de la MGES qui n’a d’égards pour ses membres, nous membres de la MGES de la région de Ziguinchor, estimons qu’il est temps d’agir ».

Ces enseignants déclarent porter leur désarroi à l’attention de tous que, « depuis 2016, la MGES n’est plus capable de prendre correctement en charge notre santé ainsi que celle des membres de nos familles ».
A en croire El Hadji Ansoumana Kandé, « à ce jour, nous sommes indésirables dans toutes les structures de santé de Ziguinchor : l’hôpital régional a suspendu toutes ses prestations à l’égard des malades membres de la MGES depuis avril 2019. La MGES lui doit à ce jour une dette de qui s’élève à plus de vingt millions (20 000 000). Les pharmacies et les postes de santé qui alternent entre suspension et levée de suspension ont arrêté tout bonnement. Seul à ce jour le centre de santé de Ziguinchor qui continue ses prestations mais qui pour les mêmes raisons menace d’arrêter du jour au lendemain ».

A les en croire, « cette lâcheté de la direction nationale vis-à-vis de ses membres jusqu’ici résignés a des conséquences fâcheuses à tout point vue. En dehors des cascades de démissions notées çà et là, c’est la situation sanitaire des membres de la MGES qui se dégrade de jour en jour ».
Toujours dans leur déclaration, ils ont indiqué que « des malades en attente d’une intervention chirurgicale ont toute les chances de rater, de rater encore les rendez-vous fixés avec le chirurgien. Pis encore, dans tout ça, des collègues membres de la MGES ont hélas perdu leurs enfants. Il s’agit des sieurs Abdoul Baldé IEF de Kolda et Zacaria Coly parmi tant d’autres ».
Pour eux, « face à la gravité de l’heure, nous enseignants de la région de Ziguinchor et membres de la MGES, interpelons les autorités administratives et au premier rang desquelles le Ministre de l’Education Nationale, le Ministre de la Santé et le Ministre des finances pour un audit de la MGES. Car il est temps de savoir où va l’argent des 38 618 fonctionnaires qui cotisent mensuellement 3000 F donc un potentiel financier de 115 854 000 F et plus les cotisations des maîtres et professeurs contractuels ».
Ces protestataires de menacer en ces termes : « à côté de la pétition en cours, nous enseignants de la région de Ziguinchor et membres de la MGES entendons porter auprès de Monsieur le Procureur de la République contre la direction nationale de la MGES notre plainte. Par la même occasion, nous demandons aux autres membres dans tous les départements du Sénégal de se mobiliser … »
Les protestataires, par la voix de l’autre porte-parole en la personne de Yakhoub Diaité, ont décliné toute une liste d’ampliataires de leur déclaration qu’ils ont remis à la presse.

L’on peut lire sur cette liste : « la Présidence de la République, le Gouverneur, le Préfet, le Ministre de l’Education, le Ministre de la Justice, le Ministre de la Santé, le Ministre des Finances, la Médiateur de la République, l’Inspecteur d’Académie, l’Inspecteur de l’Education et de la Formation, la BMS et la MGES ».

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye

Laisser un commentaire