Actualité

Prévisions budgétaires pour 2023 : Le gouvernement table sur plus de 6000 milliards de FCfa

Lors du débat d’orientation budgétaire, jeudi 30 juin, à l’Assemblée nationale, le Ministre des Finances et du Budget Abdoulaye Daouda Diallo a annoncé que les prévisions budgétaires pour l’année 2023 sont de plus de 6000 milliards de FCfa, 5556,7 milliards en 2022. Il a indiqué que le taux de croissance moyen sera, sur la période 2023/2025, de 7,8% avec un pic de 10,5% en 2023.

Les prévisions budgétaires pour l’année 2023 ressortiraient à plus de 6000 milliards de FCfa, contre 5556,7 milliards cette année (Loi de finances rectificative votée le 20 mai dernier). Cet exercice est, selon le Ministre, « une exigence républicaine », laquelle veut que les pouvoirs exécutif et législatif échangent régulièrement sur le devenir de la Nation à travers l’instrument le plus adapté pour éclairer ce futur.

D’après l’argentier de l’État, cette tendance haussière du budget est gagée sur les performances liées aux réformes engagées depuis 2012 dans le cadre de la gestion des finances publiques et du renforcement des bases structurelles de l’économie. Cela, à travers notamment la mise en place du Pse qui a permis « la réalisation d’importantes infrastructures sociales, mais aussi des programmes structurants de construction d’infrastructures économiques stratégiques, en particulier dans les secteurs des transports et des services énergétiques qui doivent servir de base pour soutenir la croissance ». Aussi, a poursuivi le Ministre, cela s’est traduit par des progrès « appréciables », spécialement le relèvement du revenu national brut divisé par le nombre d’habitants et qui est passé de 1238 dollars en 2015 à 1467 dollars en 2020.

Abdoulaye Daouda Diallo a rappelé que le Gouvernement garde le cap vers la souveraineté budgétaire. Il a renseigné, sur ces entrefaites, que plus de 79% des ressources du budget proviennent des efforts internes de l’État. Même si, a-t-il reconnu, « l’appui des partenaires techniques et financiers s’est amplifié et intensifié depuis la mise en œuvre du Pse et de ses plans d’actions prioritaires ». Le Ministre a ajouté que « la politique de financement restera essentiellement ancrée, d’une part, sur le recours à un endettement prudent axé sur les ressources concessionnelles et, d’autre part, sur des partenariats public-privé bien maîtrisés ».

Un pic de croissance de 10,5% en 2023

Abdoulaye Daouda Diallo a, en outre, indiqué que sur la période 2023/2025, le taux de croissance moyen sera de 7,8%, avec un pic de 10,5% en 2023, à la faveur du démarrage de l’exploitation des gisements d’hydrocarbures. Sur la même période également, l’inflation se situera, en moyenne, à 3,8 %. « C’est un peu plus que le plafond fixé dans le cadre de l’Uemoa, lequel s’élève à 3 %. Mais, on peut aisément faire le constat que notre pays est bien proche de la norme », souligne le Ministre, promettant que le Gouvernement continuera à être vigilant sur l’inflation.

Baisse du taux de la pauvreté de cinq points

Le ministre a aussi révélé que le taux de pauvreté a baissé de cinq points en moins de 10 ans, passant de 42,8 % en 2011 à 37,8 % en 2018/2019. Sur le terrain de la lutte contre l’extrême pauvreté, il a fait savoir que les résultats obtenus sont encore plus encourageants puisque « le taux est passé de 12,2 % en 2011 à 6,8 % en 2018/2019 ». Cependant, le Ministre a relevé que la pauvreté n’a pas encore disparu au Sénégal. « Des millions de compatriotes continuent d’en souffrir. Le Gouvernement est conscient que c’est un combat de longue haleine, qui exige des efforts, des ressources, mais aussi de la patience », a-t-il indiqué, assurant que l’État ne ménagera aucun effort pour améliorer la situation des concitoyens « les plus vulnérables » sur le plan économique, selon Le Soleil.

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye