A LA UNE Actualité economie Ziguinchor

Casamance : La filière anacarde en difficultés, plus de 60 000 tonnes de noix de cajou coincées dans les entrepôts, au grand désarroi des acteurs

De Youssouf DIMMA correspondant de Teranganews à Ziguinchor

Plus de soixante mille tonnes de noix d’anacarde sont actuellement entreposées dans les magasins de la région de Ziguinchor et aucun kilogramme n’est encore transporté vers le port autonome de Dakar en vue d’être exporté. Et des camions remplis de noix continue d’être enregistrés chaque jour par les acteurs entrepreneurs grossistes de la filière.

C’est le constat fait ce mardi 31 mai 2022 par le président régional de l’Union nationale des commerçants et industriels du Sénégal ( Unacois )/Jappo. Mame Birame Ndiaye, qui a dirigé hier lundi un mouvement d’humeur des acteurs de la filière anacarde de Ziguinchor, avec port de brassards rouges,
sur l’esplanade du port de commerce, a indiqué ce constat cadrait parfaitement avec les prévisions annuelles des professionnels.

En effet, à l’en croire, ”les prévisions au titre de la campagne anacardière de cette année 2022 sont estimés à 90 000 tonnes plus que la qualité de l’année dernière qui était de 80 000 tonnes pour une masse financière de 54 milliards de FCFA. La somme estimative de la campagne en cours tourne autour de 60 milliards de FCFA”.

A en croire M. Ndiaye, ” cependant, cette très belle projection qui avait toutes les chances d’être atteinte, risque désormais d’être plombée par le monopole détenu par une seule et unique entre aidée par l’exécutif régional et l’administration d’une part, d’autre part par l’exclusivité réservée au transport des noix uniquement par la voie maritime depuis la campagne 2017-2018″.

Or, précise-t-il, ” non seulement la société qui transporte la noix de cajou a déclaré lors d’une réunion présidée le 13 mai dernier par le gouverneur, qu’elle n’avait pas de bateau à containers, mais aussi l’Anam (Agence nationale des affaires maritimes ; Ndlr) refuse d’accepter les demandes formulées par des opérateurs économiques capables de trouver un navire à containers pour effectuer le travail ”.
Pour Mame Birame Ndiaye, ” l’interdiction qui frappe le transport de la noix de cajou par la voix terrestre de la région de Ziguinchor au port de Dakar est injuste voire injustifiée parce qu’elle n’est ni une loi, ni un décret encore moins un arrêté ”.

Et d’ajouter que ” nous devons remplir les camions de noix de cajou et transporter cette noix jusqu’à Dakar, comme celà se fait déjà à Kolda et à Sédhiou ”.

C’est la raison pour laquelle, le président de l’Unacois Jappoo a prévenu : ” nous avons décidé dès ce jeudi 2 juin de remplir 200 camions de noix de cajou que nous allons positionner à la sortie de la commune de Ziguinchor pour nous rendre à Dakar. ”

Faudrait-il le dire, lors de leur journée de mobilisation devant le port de commerce de Ziguinchor, Mame Birame Ndiaye, qui a lu déclaration des acteurs de la filière, a précisé qu’il parlait au nom des opérateurs économiques membres de l’Unacois Yeessaal et de l’Unacois Jappoo, du cadre de concertation de la filière anacarde, de l’interprofession de la filière anacarde, du syndicat des transporteurs terrestres, des femmes, etc.

Mais dans la soirée, le président de l’interprofession anacardière du Sénégal, Boubacar Konta, répliqué au nom de l’organisation faîtière qu’il dirige. Selon lui, ” nous demandons au ministre du commerce et aux autorités compétentes de poursuivre le transport de la noix de cajou par voie maritime ” estimant qu’il y va du salut de cette filière.

A propos de l'auteur

Khadim FALL