A LA UNE Actualité Afrique politique

Le Soudan s’enlise dans la crise, le Premier ministre démissionne sous la pression de l’armée et la rue continue de réclamer un gouvernement civil 

Abdallah Hamdok a annoncé sa démission, dans la soirée du dimanche 2 janvier, affirmant que les termes de l’accord passé le 21 novembre avec les militaires putschistes n’avaient pas été respectés. Les Soudanais continuent de réclamer un gouvernement civil.

“j’ai décidé de renoncer a mes responsabilités et d’annoncer ma démission en tant que premier ministre pour donner une chance a un autre homme ou a une autre femme de ce noble pays de continuer a diriger notre chère pays et de l’aider a passer par ce qui reste de la période de transition vers un pays démocratique civil”. A t-il déclaré

Le 25 octobre, le général Burhane a prolongé son mandat de deux ans, effaçant ainsi toute idée d’un transfert du pouvoir aux civils avant la fin de la transition qu’il promet toujours pour juillet 2023.

Deux mois plus tard, il a autorisé avec un “décret d’urgence” les forces de sécurité à “entrer dans tout bâtiment, à le fouiller ainsi que les personnes qui s’y trouvent” et à “procéder à des surveillances et des saisies”. Et ceci, en n’informant que le Conseil de souveraineté, dirigé par lui-même, et en passant de fait outre la justice.

En plus, les membres des services de sécurité – armée, police, renseignement mais aussi paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) accusés d’exactions au Darfour – bénéficient d’une immunité et ne peuvent être interrogés.

Avec un bilan de moins de  57 personnes tués et plusieurs centaines de blessées dans la répression.

La capital est verrouillée et coupé de sa banlieue par des containers qui ont été posés sur les ponts d’accès sur le Nil. Internet et les moyens de communications  ont été coupés , les soldats postés surveillent les passants . Les Nations Unies , l’Union Européenne et les Etats -Unis ont déjà fait part de leur indignation face a la violence de la répression. Ils réclament un dialogue avant de rétablir l’aide internationale, suspendue depuis le putsch.

A propos de l'auteur

Awa Kane Fall