A LA UNE Actualité Saint-Louis societe

Saint-Louis : Les retraités dénoncent le retard de paiement de leurs pensions et accusent la Poste Finances 

De Adama Séne correspondant de Teranganews à Saint-Louis 

Les retraités de Saint-Louis ne sont pas contents de la Poste. Ils ont tenu à le manifester hier devant les locaux de l’agence principale de la vieille cité. Le président Madiop Thiam et les allocataires fustigent le dur traitement dont ils sont victimes pour percevoir leurs pensions de retraite à la poste. Ainsi les retraités exigent un meilleur traitement et plus de respect de la part de l’institution. D’ailleurs ils invitent l’Ipres à prendre ses responsabilités pour que les tracasseries des pensionnaires cessent.

Les allocataires de l’Ipres qui perçoivent leurs pensions de retraite dans les bureaux de Poste de Saint-Louis sont dans tous leurs états. Ils dénoncent avec la dernière énergie les conditions irrespectueuses dont ils sont traités au moment d’entrer dans leurs fonds. Pour le président régional des retraités de Saint-Louis, les allocataires méritent plus de considération. « Ce qui se passe dans les bureaux de la Poste de Saint-Louis est inadmissible pour des personnes de 3e âge. Pire, pour des gens qui ont travaillé toute leur vie pour le développement de ce pays. Les retraités sont laissés en files indiens sous le chaud soleil avec un manque de respect notoire. Il y a des allocataires qui effectuent de multiples allers et retours, d’autres qui passent parfois la nuit, sans être servis. Pour se payer, on leur sert des arguments fallacieux. Souvent on dit aux retraités qu’il n’y a pas d’argent, parfois c’est le réseau qui est en panne. Ce qui qui crée des situations très compliquées surtout chez les veuves et les orphelins. Qu’est-ce qui se passe réellement avec la Poste », a râlé le vieux Elh Madiop Thiam.

Très remonté des conditions de perception des pensions de ses collègues, le président régional des retraités de Saint-Louis invite l’Ipres à prendre ses responsabilités pour solutionner cet épineux problème. « On dirait qu’on nous donne une aumône, alors que nous sommes venus récupérer notre dû, gagné durement à la sueur de notre. Pourquoi la Poste veut-elle nous traiter de cette façon ? En tout cas, les retraités ne vont plus l’accepter. L’Ipres respecte ses engagements avant la date limite, alors pourquoi la Poste Finance refuse d’honorer sa part du contrat ? Certains de nos membres restent jusqu’au 20 voire le 25 sans percevoir leurs allocations. Ce n’est pas normal et ce n’est pas sérieux » a-t-il fustigé. C’est pourquoi, a-t-il poursuivi, « nous demandons au président Mamadou Racine Sy qui est très sensible aux doléances des retraités de trouver d’autres moyens de payement pour les allocataires orientés vers la poste finances. Il faut voir d’autres pistes avec les services de transferts d’argent pour soulager les retraités. Car nous vivons des moments très difficiles avec la Poste ».

Le départ du chef d’agence de Richard-Toll réclamé

Les retraités du Walo ne sont pas mieux lotis que leurs collègues de Saint-Louis. Ils vivent, eux aussi la misère pour se faire payer leurs pensions par les services de la Poste Finances de Richard-Toll. Venus de zones reculées, les allocataires et veuves du département de Dagana ruent dans les brancards. Après plus de 25 ans de loyaux services à la Css, le vieux Abdou Hamid Bâ dénonce le comportement irrespectueux du chef d’agence de Richard-Toll et de son personnel. « En période de perception des pensions, les devantures de la poste ressemble plus à une foire. La majeure partie des allocataires viennent de lointains villages du Diéri et sont obligés de passer plusieurs nuits à la belle étoile. Et souvent quand on arrive au guichet, l’agent nous assène que les caisses sont vides et qu’il faut attendre le lendemain. Sans qu’on ne soit sûr d’être payé. Je ne suis pas de Richard-Toll, j’habite dans une contrée distante de 40 km de Dagana.

Depuis 72 heures, je suis assis sur place et j’ignore la date de mon payement », s’est désolé le vieux Bâ. De dures situations qui ont fini par révolter les retraités. D’ailleurs ce mois-ci, il a fallu l’intervention des agents de sécurité pour éviter des dérapages dans les bureaux. « Non seulement, ils ne respectent pas les retraités mais ils magouillent pour choisir les clients qu’ils payent. Pourtant l’Ipres a viré nos pensions dans leurs comptes à temps. Donc qu’ils donnent notre argent. On s’en fout de leurs problèmes internes. D’ailleurs nous retraités du département de Dagana, nous exigeons le départ du chef d’agence de Poste Finances de Richard-Toll parce que nous ne pouvons pas le qualifier de bon collaborateur » a déclaré un autre retraité.

A propos de l'auteur

Khadim FALL