A LA UNE Actualité Pêche Saint-Louis

Saint-Louis-Mauvaise gestion du quai de Pêche de Guet-Ndar : Les acteurs dénoncent l’insalubrité et l’insécurité des lieux

De Adama Séne correspondant de Teranganews à Saint-Louis

Le quai de pêche de Guet-Ndar est dans un état de délabrement très avancé et présente de réelles menaces pour les usagers des lieux. Ainsi pour exiger des mesures de sécurité et de bonnes conditions de travail, les jeunes mareyeurs de Saint-Louis ont tenu un point de presse pour attirer l’attention des autorités municipales sur la situation. A l’issue de leur face à face avec la presse locale, les jeunes mareyeurs et les femmes vendeuses de poissons ont décidé de surseoir au paiement des taxes municipales jusqu’à nouvel ordre.

Pour la réhabilitation de leur lieu de travail, la tension monte entre les usagers du quai de pêche et les autorités locales de Saint-Louis. Hier, les jeunes mareyeurs et d’autres acteurs du quai de pêche ont déversé leur colère et exigé de meilleures conditions de travail et plus de sécurité sur les lieux. Les manifestants n’ont pas été tendres envers l’équipe municipale. A en croire le porte-parole du jour, malgré les nombreuses interpellations, la mairie n’a entrepris aucune action d’envergure pour améliorer les conditions de travail des acteurs au quai de pêche.

« Une bonne partie de l’infrastructure s’est affaissée depuis belle lurette, rendant du coup le grand hangar pratiquement impraticable. Mais depuis lors, les usagers du quai côtoient quotidiennement le danger parce que les dalles menacent de s’écrouler. Il n’y a pas beaucoup de sécurité, pour avoir les 07 lampadaires fonctionnels sur le quai, il a fallu qu’on se cotise. Pourtant nous travaillons et manipulons de l’argent sur les lieux jusqu’à des heures très tardives dans la nuit. Malgré nos sorties et invites, les responsables de la mairie sont restés sourds et nous narguaient à la limite. On dirait que notre sécurité ne les intéresse pas » a râlé cheikh Kandji, porte-parole du jour. Appuyant les propos de son camarade, la présidente des femmes du quai de pêche, très remontée contre la mairie de Saint-Louis largue d’autres « missiles » dans le jardin de l’équipe municipale.

 

« L’insalubrité des lieux est indescriptible. L’assainissement fait défaut et les eaux de ruissellement sont stagnées sur le parking des camions-frigos. A des lueurs du quai, se dégage une odeur nauséabonde et irrespirable. D’ailleurs on ne compte plus le nombre de malades parmi les mareyeurs et vendeuses de poissons à cause des saletés qu’on côtoie chaque jour. Pourtant on a alerté nos autorités, malheureusement elles n’accordent aucune importance à nos revendications. Mais nous sommes désormais prêts à apporter la réplique pour se faire entendre » a crié la présidente des jeunes femmes mareyeuses, Binta Diéye, sous les applaudissements de ses collègues. Raison pour laquelle pour la gestion du quai les jeunes mareyeurs ont décidé de ne plus s’acquitter du paiement des tickets et des taxes à la mairie jusqu’ à nouvel ordre.

Pour le porte-parole du jour, le collectif des acteurs du quai de pêche de Saint-Louis ne reculera pas sur les décisions annoncées lors du point de presse. « Nous avons pris nos responsabilités de ne plus payer. La seule solution qui peut nous faire marche arrière, c’est le respect des autorités municipales de leurs devoirs au quai. Il faut qu’elles règlent l’insalubrité grandissante et l’insécurité des lieux. Sinon nous allons camper sur notre position » a déclaré Cheikh Kandji. Contactés, les services de nettoiement et de l’éclairage public de la commune promettent de réagir et de rétablir la vérité sur la situation du quai de pêche de Guet-Ndar.

A propos de l'auteur

Khadim FALL