A LA UNE Dakar politique

Suppression du parrainage : Vives réactions du gouvernement contre la décision de la Cour de justice de la CEDEAO 

Ce sont des tirs groupés du gouvernement contre la décision de la Cour de justice de la CEDEAO qui a ordonné de supprimer le parrainage électoral dans un délai de six mois.

« Le parrainage est conforme à notre constitution », est la réponse opiniâtre de Oumar Gueye ,porte-parole du gouvernement lors de la conférence de presse du gouvernement, 24 heure après la sortie de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest(CEDEAO), demandant au Sénégal de supprimer la Loi du parrainage .

Poursuivant, Gueye rappelle à la Cedeao, que « Ce parrainage a été évoqué lors du dialogue politique et a aussi fait l’objet d’une Loi à l’Assemblée nationale. Du point de vue de la légalité, le système du parrainage est plus que légal par rapport à notre Constitution et notre législation ».

Même son de cloche chez Ismaila Madior Fall. Dans une longue contribution, publiée dans le quotidien national, Le Soleil, l’ex Garde des Sceaux renvoie les juges de la Cedeao à revoir leur copie. « Dans cette affaire du parrainage, la Cour évoque une possible violation des droits de l’Homme, le droit de participation électorale lors des futurs scrutins. Cet argument est juridiquement dénué de fondement parce que la violation du droit invoqué ne doit pas être incertaine, elle doit être réelle et non pas reposer sur des allégations futures. Ce qui n’est pas le cas », a-t-il écrit.

Artisan majeur de cette loi, qui a fait beaucoup de bruit lors de la Présidentielle de 2019, Pr Fall estime que la Cour a outrepassé ses prérogatives. Il appelle même le Sénégal a initié des réformes pour la changer. « Les erreurs nous paraissent tellement énormes et susceptibles de porter atteinte à la crédibilité et à la légitimité de la Cour que nous pensons vraiment que le Sénégal doit prendre l’initiative de porter une réforme en vue de sauver la Cour pour qu’elle reste l’organe de protection des droits de l’Homme rêvé par les citoyens de l’Afrique de l’Ouest », a plaidé le Constitutionnaliste.

A propos de l'auteur

Dame Diop

Laissez un commentaire