A LA UNE Actualité Dakar politique Saint-Louis

Entretien – Professeur Ibou Sané, sociologue : « Le départ de Déthié Fall du « Rewmi » était inévitable, parce qu’il ne laissait pas le parti avoir plus d’ouverture »

De Amédine FAYE, correspondant de Teranganews à Tambacounda

Dimanche dernier, Déthié Fall a lancé sa formation politique, parti républicain pour le Progrès/Disso ak Askan wi, confirmant ainsi son divorce d’avec le parti d’Idrissa Seck, Rewmi dont il était le vice-président. Pour le professeur titulaire de sociologie à  l’université Gaston Berger de Saint-Louis Ibou Sané, cette sortie ne surprend guère. Tout de même, l’universitaire démontre que le parti « Rewmi »  ne va pas en pâtir. Entretien!

Teranganews : Fallait-il s’attendre  à la sortie de Déthie Fall du parti « Rewmi » ?

Professeur Ibou Sané : «  Il y avait beaucoup de signes avant-coureurs qui montraient bien que M. Dethie Fall n’épousait pas forcément les prises de proposition de l’ancien Premier ministre Idrissa Seck, d’une part. Et d’autre part aussi le fait qu’il crée chaque fois des paradoxes qui montraient effectivement qu’il n’était pas sur la même longueur d’ondes que son patron et tôt ou tard son patron réagirait et il serait obligé de tirer toutes les conséquences. Et comme au Sénégal, c’est facile de créer un parti politique, parce que chaque fois que quelqu’un est mécontent, il va créer un parti politique. Et si on ne prend pas garde, nous risquons bientôt d’arriver à 1.000 partis politiques et ça serait la cacophonie, le désordre dans notre démocratie qui est en construction(…)».

Teranganews : Attardons-nous sur la dénomination de sa formation politique « Parti républicain pour le Progrès/Disso ak Askan wi».  Est-ce une dénomination révélatrice de sa volonté de travailler pour le peuple ?

« Le gros problème des hommes politiques sénégalais, ils disent toujours qu’ils travaillent pour le peuple, ils travaillent pour les populations. Ils sont là au service des populations, mais en réalité aucun d’entre eux ne travaillent pour les populations. Ce sont des intérêts personnels alors que l’intérêt devait être universel. Comme l’a dit  si bien Rousseau : la volonté générale, travailler pour les populations, c’est un don de soi pour les populations. Mais vous ne verrez jamais au Sénégal ce mouvement-là aller vers les populations. Et c’est toujours un leitmotiv pour créer un parti politique au Sénégal. Et c’est facile de dire qu’on travaille pour les populations ».

Teranganews : Donc, vous insinuez qu’il faut aller au-delà ?

Professeur Ibou Sané : « Il faut aller au-delà. Pour aller au-delà maintenant,  c’est apprendre aux populations à pécher du poisson(…) en mettant en place des programmes économiques pour permettre aux uns et aux autres de trouver une réponse à leurs préoccupations, à  leurs difficultés(…) ».

Teranganews : D’aucuns affirment que le  Parti républicain pour le Progrès/Disso ak Askan wi             est un parti de plus et qu’il ne pourra pas peser sur l’échiquier politique à l’avenir ?

Professeur Ibou Sané : « Je ne suis pas un prophète, mais j’habite Saint-Louis quand même. Et je vois à Saint-Louis la plupart d’entre eux n’ont pas de base politique(…) Hors en politique si vous n’avez pas de base, vous n’êtes rien. Vous ne pourriez rien gagner. En revanche, comment se fait-il à Thiès qu’on ne puisse pas déboulonner le premier ministre Idrissa Seck ? Ça montre bien qu’il a une base solide. Et que lui au moins, il est solide. Les autres qui parlent, qui occupent les médias(…), ce sont des gens qui n’ont pas de base solide(…) Maintenant, est-ce qu’ils ont les moyens de leur politique ? Parce qu’en politique,   il faut avoir des moyens financiers suffisants. Et quand vous avez les moyens  que vous pouvez vous donner l’opportunité de créer votre  base. Alors maintenant, est-ce qu’en quelques mois il[Déthie Fall] sera capable d’avoir suffisamment de moyens  pour faire face à la montée en puissance des uns et des autres ? C’est là la grande question ».

Teranganews : Cette sortie de Déthie Fall ne risque pas d’affaiblir le parti « Rewmi » ?

Professeur Ibou Sané : «  C’est tout le contraire. C’est tout le contraire. Je l’avais dit il y a quelques années. C’est lui[Déthie Fall] qui ne laissait pas le « Rewmi »  avoir plus d’ouverture(…) C’est quelqu’un qui a un langage un peu dur et que donc en politique,  il faut être flexible. Il faut être flexible parce que dans les partis politiques, il y a des  entrants et des sortants(…) Il est parti, d’autres personnes vont monter dans le train de ‘’Rewmi’’. En politique, nul n’est indispensable, même dans la vie de tous les jours(…) Le parti va continuer à perdurer, parce qu’il y aura des gens qui vont continuer à militer dans le parti politique. Donc, lui il est parti parce qu’il est en désaccord profond avec son chef [Idrissa Seck]. Mais le chef ne peut que lui souhaiter bon vent et le chef continue son bout du chemin. Parce que l’avantage du chef c’est que lui,  il connait l’Etat. L’avantage du chef, il a des réseaux(…) ».

 

A propos de l'auteur

Khadim FALL

Laissez un commentaire