A LA UNE Actualité athletisme Dakar sport

Papa Massata Diack dénonce : « Toute l’enquête pénale française a été construite pour une condamnation annoncée »

Papa Massata Diack s’est attaqué à la décision du tribunal correctionnel de Paris le condamnant à cinq ans de prison ferme. Face à la presse ce lundi, le fils Lamine Diack ancien président de l’athlétisme mondial, n’a pas mâché ses mots contre la justice française qui l’a condamné. Papa Massat Diack dénonce les violations de ses droits dans cette procédure et le refus de renvoyer le procès pour permettre à ses avocats d’y prendre part. « le procès n’a été juste ni équitable toute l’enquête pénale française a été construite pour une condamnation annoncée avec des manquements, une enquête qui n’a duré de 50 jours contrairement à celle de Michel Platini qui a duré trois ans. », Donc il n’y a pas d’enquête exhaustive, ni Lamine Diack ni Habib Cissé encore moins Papa Massata Diack n’ont été entendus. », poursuit Papa Massata Diack.

D’après Papa Massata Diack, les faits qui lui sont imputés ne sont portés, pendant 5 ans, que sur : deux emails, un sms, un virement bancaire, une note supposée envoyée par des russes. « Il n’y aucune preuve attestant ma culpabilité », se défend-il. Avant de préciser : « je ne suis pas devenu opportuniste conseiller de Lamine Diack parce que mon père est président de l’IAAF. Je n’étais pas là pour prendre de petites enveloppes ou de faire du trafic d’influence. Je connais l’athlétisme ».

Quand l’accusation faite par le parquet disant qu’il y’avait un système mis en place pour m’enrichir, Papa Massata dénonce une accusation infâme, rabaissante et infondée. J’étais au cœur du football et j’y gagnais bien ma vie  Ma société est dument établie. Ce n’est pas dans l’athlétisme que je devais aller pour gagner de l’argent. Ce sont des miettes qu’on gagne dans l’athlétisme comparé au football. »

« Je vis au Sénégal de manière permanente depuis 2001 et je n’ai ni appartement, ni carte séjour, ni de compte bancaire à Paris ou à Monaco. Je n’ai pas non plus de passeport français », répondant à l’accusation comme quoi il a fui la France.

A l’en croire « la justice française est en train de bafouer le droit pénal. Il y’a du racisme dans cette décision. Commentant la décision relative d’interdiction d’exercer le sport pour l’athlétisme il peut certes comprendre mais pas dans les autres sports comme le football : « Il y a du racisme dans cette histoire. Il n’y a pas du droit dans la décision. C’est un procès de la morale. On ne peut pas me dénier d’exercer ma profession, ni ma passion pour le sport mondial, africain ou arabe. Je suis un militant du sport. Je ne suis pas dans les petites combines politiques. Je ne finance pas des activités politiques. C’est absolument aberrant ce que la justice française vient de faire. Elle prouve qu’elle n’est pas indépendante. C’est une farce », proteste Diack fils. Estimant que son père et lui sont victimes de racisme, il estime que leurs détracteurs ne pensaient pas que son père allait réussir la mission qui lui a été confiée. « Ils ne s’attendaient à ce que Lamine Diack réussisse. Lamine Diack, en 16 ans de présidence, a rapporté à l’IAAF 835 millions de dollars », se félicite-t-il avant de réitérer qu’il va interjeter appel pour attaquer la décision rendue en première instance contre lui.

 

 

A propos de l'auteur

Khadim FALL

Laissez un commentaire