Actualité asie international politique societe

« Les conséquences de l’extrémisme sont subies par les extrémistes et non par les religions… » selon le SG de la ligue islamique mondiale

« Les conséquences de l’extrémisme sont subies par les extrémistes et non pas les religions… La paix mondiale passe par la paix interne, qui profiterait aux vies humaines, aux individus et aux sociétés humaines. Le fait pour l’Islam de garantir les droits et les devoirs des minorités, est considéré comme étant l’un des piliers fondamentaux de la justice et des valeurs sublimes que prône l’Islam, qui se félicite de la vérité et de la justice, de quelque côté quelles viennent, et ne prête aucune importance aux étiquettes et aux origines. Dans l’histoire, plusieurs incidents se sont passés entre l’Islam et ses détracteurs, des incidents qui n’ont rien à voire avec le droit à l’existence religieuse. Les valeurs religieuses qui prônent la sauvegarde des droits et des libertés légitimes, ne peuvent pas être infiltrées, pour quelques prétextes qu’il soit. Quiconque cherche la vérité en dehors de ces sources, devient victime des agendas des égarés et des falsificateurs de l’histoire » ; a dit Dr El-Issa dans le discours qu’il a prononcé lors de la cérémonie d’ouverture du Forum sur « Le Renforcement de la Paix », qui s’est tenu à Abu Dhabi.

Le Secrétaire général de la Ligue du islamique mondiale, Cheikh Dr Mohamed Ben Abdel Karim El-Issa a confirmé que la différence et la diversité sont de la nature humaine, précisant que les valeurs de l’Islam, garantirent, pour tout le monde, les droits et les libertés légitimes. Cette différence et cette diversité ne sont pas une faveur accordée par des humains à d’autres humains, mais plutôt une miséricorde accordée par le Créateur à sa créature.

Dr Mohamed El-Issa prononçanr son discours lors de la cérémonie d’ouverture.

Dans le discours qu’il a prononcé lors de la cérémonie d’ouverture du colloque sur « Le Renforcement de la Paix », qui s’est tenu à Abu Dhabi, Son Excellence a réaffirmé avec force que l’Islam n’a point adopté, face à ses adversaires, aucune position qui se trouve en porte-à-faux avec les valeurs morales que prône le message religieux. Et Dr El-Issa d’indique, lors de la conférence organisée sous le thème « La Ligue des vertueux-une chance pour la paix mondiale », que les valeurs de l’Islam, qui garantirent, pour tout le monde, les droits et les libertés légitimes, ne sont pas une faveur accordé par des humains à d’autres humains, mais plutôt une miséricorde accordée par le Créateur à sa créature. L’Islam a fait de ces valeurs le baromètre de la justice censée prévaloir au sein des sociétés humaines et des Etats, ainsi le garant de leur paix et de leur prospérité. Et Son Excellence d’indiquer, devant environ 800 personnalités, composées de représentants de religions, d’organisations de droits de l’homme et humanitaires, que ces valeurs ne sont ni séparables ni divisibles, et on ne permet qu’elles soient infiltrées, pour quelques prétextes qu’ils soient ; et on ne permet pas, non plus que leur totalitarisme et leur neutralité soient affectés. Et à chaque fois que les normes y soient dédoublées, tout le monde en est conscient. Son Excellence a, dans la même lancée, signalé que l’Islam prône l’enracinement des valeurs morales, surtout celle relative à la sauvegarde du droit d’autrui, même ceux des ennemis.

Le vrai baromètre, c’est celle de la justice et de la dignité humaine, d’où cette position de l’Islam de veiller aux engagements et aux obligations ; et Allah le très haut dit dans ce sens « Et que la haine pour un peuple ne vous incite pas à être injustes, soyez juste car cela est plus proche de la piété » ; le Seigneur dit aussi « Et quand vous parlez, soyez équitables même s’il s’agit d’un proche parent ». Ce sont là les constantes de l’Islam, qui ne peuvent pas faire l’objet d’une atteinte, sous aucun prétexte.
Et Dr El-Issa d’informer que l’Islam, qui est soucieux d’instaurer les valeurs de la justice et de la paix et qui veut du bien pour tout le monde, n’adopte jamais, face à ses détracteurs, une position quelconque portant atteinte aux valeurs islamiques que prône son message religieux. Le Prophète (Bénédiction et Paix Soient sur lui) a dit au sujet de « La Ligue des vertueux », qui est une alliance de haute portée ayant été conclue entre les Quraychites, avant l’avènement de l’Islam, « Si on m’avait invité à conclure une alliance similaire en Islam, j’aurais accepté » ; une manière pour lui de dire que l’Islam se félicite de la vérité et de la justice, quelque soit leur provenance. Quand il se met à livrer son jugement sur le contenu, l’Islam ne s’intéresse guère, ni aux étiquettes, ni aux formes physiques, ni aux antécédents ni aux origines. Dr El-Issa a dénoncé trois fautes graves que commettent, selon lui, certaines personnes, quand ils essayent de comprendre certains faits historiques, des fautes dont la première est de ne pas être attentif au fait que les paroles et les actes futiles, ainsi que les pratiques de la haine ou les méfaits de l’extrémisme violent, ou le terrorisme sont à mettre à la responsabilité de leurs auteurs et non à celle des religions. Toutes les religions ont fait l’objet de tentatives de sabotage et de calomnie, a indiqué Dr El-Issa. Combien de drapeaux sont levés au nom du Créateur, et qui sont en réalité des drapeaux matérialistes, et ne sont que des mensonges portés sur le Créateur. Et combien de fois l’obscurantisme est mis en pratique, dans notre monde et des siècles durant, au nom du mot « Le Seigneur », alors que ce mot n’a rien à voir avec ce qui se fait.

Une partie de l’assistance au Forum d’Abu Dhabi

Son Excellence a encore ajouté que la deuxième faute, c’est de ne pas se rendre compte que l’Islam garantit pour tous, leurs droits et leurs libertés légitimes, et n’est excepté en cela ni un individu ni un groupe; ce qui a poussé les Oulémas à confirmer qu’Allah accorde son aide à l’Etat observant les principes de la justice, tout comme Il déçoit l’Etat oppresseur, quelque soit sa religion. Ainsi donc, le baromètre de la justice s’applique à tout le monde, car les cieux et la terre ne sont pas créés que sur la base de la justice. La troisième de ces erreurs, a indiqué Dr El-Issa, apparait sur, les suspicions que l’on évoque de temps en temps, sur la position de l’Islam envers les autres religions ; où certains se trompent ou calomnient volontairement, en avançant que l’Islam est venu pour anéantir le droit de suivre les autre religions, en employant le sabre oppresseur, qui ne tient pas compte ni des droits ni des libertés ; en évoquant comme preuves, certains événement historiques, ou certaines interprétations erronées des textes religieux, ou en sortant ces textes complètement de contextes. Il s’agit là de la pure calomnie, démentie par les bonnes argumentations tirées du Coran, de la tradition et des faits de la biographie odoriférante du Prophète (Bénédiction et Paix Soient sur lui) , qui recommandent la bienfaisance, l’équité et la bienveillance envers tout le monde, et le respect du principe selon lequel « il n’y a pas de contrainte en religion». L’affaire est grave à tel point que le texte religieux en est arrivé à cette interrogation dénonciatrice, quand Allah le Très haut dit « Est-ce à toi de contraindre les gens à devenir croyants » ? Un questionnement qui s’adresse à toute la Ouma. Son Excellence, le Secrétaire général de ligue islamique a rejeté les propos de certains écrivains, selon qui l’Islam refuse à certaines religions révélées, le droit à l’existence et de vivre en liberté et en paix, et qu’il a pratiqué une certaine persécution à leur égard. L’Islam considère l’existence de toutes les religions comme étant un fait naturel inévitable, auquel on doit croire, car la différence, la diversité et la pluralité sont de la nature humaine ; un fait que le Coran a entériné de façon explicite, a précisé Dr El-Issa. S’agissant des deux religions que sont le Judaïsme et le Catholicisme, Dr El-Issa a indiqué que le Coran leur a accordé un privilège exceptionnel dans les dispositions de la jurisprudence islamique, ce que justifie l’Islam par le fait que les adeptes de ces deux religions ont disposent d’un Livre révélé, d’où l’appellation « Les gens du Livre» qu’il leur a donnée. Mais cela faisant, l’Islam a aussi sauvegardé les droits des autres religions, et ceux de toutes les minorités religieuses, étant entendu que cela fut entériné dans le premier document constitutionnel, c’est-à-dire « le journal de Médine», qui a jeté les bases de la citoyenneté inclusive, avec la garantie des droits et des devoirs, et le renforcement des valeurs ‘une vie commune entre les composantes de l’Eta médinois et ses communautés. Son Excellence a aussi signalé que certains incidents historiques qui se sont passés entre l’Islam et ses adversaires, n’ont été que de simples conflits politiques, qui n’ont rien à voir du tout avec le droit de l’autre à une existence religieuse. Cette réalité est historiquement documentée, et ne peut pas faire l’objet d’aucun doute ou controverse, mais certains tombent dans la mal compréhension, et ce du fait qu’ils se mettent à cherche la vérité dans des sources considérées comme étant tombées dans le piège de ceux-là, qui disposent d’un agenda spécial, et connus pour leur agissement de falsifier l’histoire. Et Dr El-Issa d’ajouter que l’Islam a été révélé pour la miséricorde ; et le Seigneur dit « Nous ne t’avons envoyé qu’en miséricorde» ; et le Prophète (Bénédiction et Paix Soient sur lui) dit « On m’a envoyé pour que je soutienne et complètent les valeurs éthiques ». Cette religion qu’est l’Islam n’est pas venue pour priver les autres de leurs droits ; il a par contre exhorté tout le mode à faire preuve de pardon, même pour l’agresseur, Allah le Très haut dit « La riposte doit être égale à l’offense subie, et que celui qui pardonne et se montre conciliant trouvera sa récompense auprès du Seigneur, car Dieu n’aime pas les agresseurs ». Le Prophète (Bénédiction et Paix Soient sur lui) avait accordé son pardon aux animistes Quraychites, qui lui avaient causé tous les torts, à lui et à ses compagnons, et l’avaient persécuté, et cela après qu’il a pris le dessus sur eux, lors de la conquête de la Mecque.
Ce moment historique et crucial a été saisi par le Prophète (Bénédiction et Paix Soient sur lui) pour revenir sur ce qu’Allah lui a appris, par rapport à l’histoire du Prophète Joseph (Bénédiction et Paix Soient sur lui) avec ses frères. Le prophète Mohamed (Bénédiction et Paix Soient sur lui) leur a donc dit ce que Joseph avait dit à ses frères, en leur disant « Pas de récrimination contre vous aujourd’hui ! Qu’Allah vous pardonne. C’est Lui Le plus Miséricordieux des miséricordieux ». Et Dr El-Issa d’indiquer que le fait pour l’Islam de garantir les droits des minorités est considéré comme l’un des piliers fondamentaux de sa justice et de ses valeurs sublimes. Le Document de Médine dont la jurisprudence attire beaucoup d’intérêt de nos jours, comme c’était le cas lors de la conférence de Marrakech, tenue en marge du « Forum de Renforcement de la Paix », a été validé non pas par de simples paroles, mais par des actes, tout spécialiste du droit musulman sait que tout fait qui se fait en dehors de ce contexte naturel, a sa justification dans le « Droit de la guerre » auprès de tous, à cette époque-là, a indiqué Dr El-Issa ; qui précise que cela ne comporte aucune indication ayant rapport avec l’existence religieuse de l’autre, si non, cela aurait concerné toutes les religions. Le Coran a fait savoir que le baromètre qui vaille dans ce cas de figure, c’est uniquement celui de valeurs, a-t-il expliqué. Allah le Très haut dit « Et parmi les gens du Livre, il y en a qui, si tu lui confies un qintâr, te le rend. Mais il y en a aussi qui, si tu lui confies un dinâr, ne te le rendra que si tu l’y contrains sans relâche», a-t-il indiqué. Et le Secrétaire général de la LMM de préciser que toutes les deux catégories de personnes appartiennent au « gens du Livre », mais la première catégorie est saluée pour sa fidélité et son intégrité.

Le Secrétaire général de la LMM a terminé son discours en insistant sur l’impossibilité de l’avènement d’une alliance pour la paix mondiale, tant qu’il ne sera pas réalisé, une paix interne, avec soi, avec les individus et avec les communautés humaines. Quand la paix et la quiétude prévaut à l’intérieur, son corolaire, c’est-à-dire la paix mondiale, va suivre volontiers et de façon spontanée. C’est cela est le sens du verset « Réponds-leur : il vient de vous-mêmes », où Allah le Très haut explique l’aspect extérieur d’une défaite (qu’avaient subie les musulmans).

A propos de l'auteur

Daouda SOW

Laisser un commentaire

Close