Actualité economie

Embargo de la Cedeao : Des opérateurs maliens expriment leur satisfecit au Sénégal pour sa “gestion intelligente”

Lundi 25 juillet, des opérateurs économiques maliens ont tenu à remercier le Sénégal pour sa «gestion intelligente» de l’embargo infligé à leur pays, par la Cedeao. Ces hommes d’affaires maliens qui ont bouclé une semaine de visite au Sénégal ont fait face à la presse.

Après la levée de l’embargo sur les transactions commerciales et financières contre le Mali, une délégation d’opérateurs économiques maliens séjourne à Dakar depuis le 17 juillet 2022.

Le président de l’Union des chambres de commerce et d’industrie du Mali, Youssouph Bathily, chef de la délégation, a tenu à remercier le Sénégal qui a su gérer «de façon intelligente» cet embargo. La décision prise par la Cedeao a pris de court tous les opérateurs économiques maliens. « Les premiers jours, il y avait une panique», se rappelle le président du Conseil malien des chargeurs Souleymane Baba Traoré. Youssouph Bathily embouche la même trompette. «C’est une chose qui a surpris tout le monde. Personne ne s’y attendait. Pendant qu’ils (Chefs d’Etat de la Cedeao) prenaient la décision, une grande partie de notre trafic était déjà à Dakar», a expliqué M. Bathily. Toutefois, les mesures prises par les autorités de la transition ont permis «d’amoindrir» le choc, s’est réjoui le Directeur général des entrepôts du Mali au Sénégal. «C’était extrêmement difficile, mais ce qui nous a soulagés et nous a fait oublier la crise c’est la solidarité fraternelle du peuple sénégalais», a informé Fousseynou Soumano, selon Le Soleil.

Aujourd’hui, le Mali tourne la page. Il s’intéresse désormais à l’après-embargo. C’est pourquoi les opérateurs économiques ont choisi comme première destination le Sénégal qui concentre 70 % du trafic malien. Le séjour à Dakar a permis à ces personnalités du secteur privé malien d’échanger avec les acteurs sénégalais sur les mesures d’accompagnement après six mois d’embargo. En effet, même si l’impact a été le plus ressenti du côté malien, les autres partenaires de Bamako ont été économiquement éprouvés par cette décision, a renseigné Youssouph Bathily. À son avis, tous les Etats de l’espace Cedeao doivent se réunir aujourd’hui pour tirer des leçons de ce qui s’est passé. «Travaillons pour que de telles sanctions ne se reproduisent plus», a-t-il appelé.

Le Port autonome de Dakar a pris plusieurs mesures pour accompagner les opérateurs maliens, notamment une note d’annulation des frais d’emmagasinement sur la période du 7 janvier au 03 juillet 2022.

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye