Actualité Dakar Politics

Parrainage pour les Législatives prochaines : Les Leaders de YAW opposent leur veto

En vue des élections législatives, ce lundi 14 mars, la coalition « Yewwi Askan Wi » (Yaw) a tenu une conférence de presse. Rappelant leur confiance au regard de leurs résultats lors des élections locales, les leaders de ce mouvement soulignent que ce système est en contradiction avec les recommandations de la Cedeao.

Ils ont donc,  à cette occasion, partagé leur analyse des résultats des élections territoriales du 23 janvier dernier. Des chiffres qui les placeraient en tête devant la coalition « Benno Bokk Yaakaar » (Bby). La coalition Yaw dit être en mesure de fournir le nombre de signatures requis pour participer à toutes les élections, mais elle soutient que le parrainage est en soi « liberticide et anti-démocratique ». « Le parrainage est inacceptable tant dans la forme que dans le fond. Et tout le monde sait que la coalition Yaw n’a pas de problème pour disposer de parrainages », a déclaré-Malick Gackou. Mais n’empêche, Malick Gakou indique que le parrainage ne passera pas. Ousmane Sonko et Khalifa Sall ont appelé les citoyens, notamment les jeunes, à rester mobilisés pour l’effectivité d’un changement.

Des Mouvements citoyens trouvent son maintien “scandaleux”

Regroupés autour de « Y’en a marre », « Frapp », « Africa First », la « Coalition citoyenne le peuple », « Nittu dëgg » et « Valeurs Sénégal notre priorité (Snp) » les mouvements citoyens en conférence de presse, lundi 14 Mars 2022, ont dénoncé et récusé le maintien du système de parrainage pour les élections législatives prochaines. Guy Marius Sagna, leur porte-parole du jour, juge paradoxal la décision du président de la République, de maintenir le parrainage pour les prochaines Législatives alors que les partis et coalitions politiques ainsi que les entités indépendantes ont été dispensés de parrains et de marraines lors des élections territoriales (municipales et départementales) du 23 janvier 2022. Ainsi ces mouvements n’excluent pas de descendre prochainement dans les rues pour se faire entendre par qui de droit et exigé du gouvernement sénégalais à se conformer à l’arrêt de la Cour de justice de la Cedeao ».

Respect des « injonctions » de la Cour de justice de la Cedeao 

Selon Me Abdoulaye Tine, président de l’Union sociale libérale, « notre pays devrait respecter les injonctions faites par la Cour de justice de la Cedeao qui  a rendu un arrêt le 28 Avril dernier lui ordonnant de supprimer le système de parrainage ». L’avocat-politicien rappelle que l’État du Sénégal a jusqu’au 29 Octobre 2021 pour déposer son rapport ». A défaut, « nous considérons que Macky Sall est dans une posture politique et nous apporterons les réponses politiques adéquates ». Car en maintenant ce procédé, « le président Macky Sall et le ministre de l’Intérieur entendent limiter la participation aux élections législatives. Ce qui fait qu’on va vers une exclusion de certains partis ».

Aussi, appelle t-il à la résistance politique face à cette forfaiture.

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye