A LA UNE Actualité Afrique politique

Mali-Sanctions de la Cedeao : Le colonel Assimi Goïta appelle au calme et se dit ouvert au dialogue

Le chef de la junte malienne, le colonel Assimi Goïta, a précisé lundi 10 janvier rester ouvert au dialogue avec la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) tout en appelant ses compatriotes au calme et à la « résilience » après que l’organisation régionale a infligé des sanctions à son pays.

« Même si nous regrettons le caractère illégitime, illégal et inhumain de certaines décisions, le Mali reste ouvert au dialogue avec la Cédéao pour trouver un consensus entre les intérêts supérieurs du peuple malien et le respect des principes fondamentaux de l’organisation », a dit le colonel Goïta dans un discours diffusé lundi soir à la télévision publique, tout en appelant ses compatriotes au calme et à la « résilience » face à cette situation.

« Je vous demande de rester calmes et sereins car nous avons fait le choix d’être sincères afin de prendre notre destin en main en forgeant notre propre voie », a souligné le dirigeant malien.

« L’heure est au rassemblement de tous les Maliens sans exclusive pour réaffirmer nos positions de principe et défendre notre patrie. Chaque Malienne, chaque Malien où qu’il se trouve, doit se comporter en défenseur des intérêts supérieurs du Mali. Nous mesurons la gravité de la situation », a-t-il affirmé en ajoutant: « Il revient à chacun de taire les divisions de quelque nature que ce soit et de se retrouver autour de l’essentiel qu’est le Mali, notre patrie. Aussi, j’en appelle à une mobilisation constante et à une résilience face à la situation ».

« La CEDEAO et l’UEMOA se sont assumées, nous en ferons autant. Nul besoin de procéder à des actions de violences cela n’a jamais caractérisé les maliens que nous sommes », a encore souligné le colonel Goita.

« Nous avons espéré qu’avant la conférence extraordinaire de la CEDEAO, un examen minutieux serait fait du chronogramme soumis et une période serait donnée pour discuter sur notre proposition avant de se prononcer », a encore fait noter le responsable malien.

« Nous appelons la CEDEAO, une fois de plus, à une analyse approfondie de la situation de notre pays en plaçant l’intérêt supérieur de la population malienne au-dessus de toute autre considération », a-t-il déclaré.

A propos de l'auteur

Awa Kane Fall