A LA UNE Actualité Locales 23 janvier 2022 politique Ziguinchor

Ziguinchor / Grogne dans les rangs du PASTEF : Les responsables du plus grand quartier dénoncent des irrégularités sur les listes municipales

De Youssouf DIMMA, correspondant de Teranganews à Ziguinchor

Grogne dans les rangs du parti PASTEF/Les Patriotes à Ziguinchor. Des responsables et militants de Kandialang, le plus grand quartier de la commune de Ziguinchor, ont fait face à la presse pour dénoncer ce qu’ils qualifient d’ « irrégularités et de népotisme avec l’investiture de parents proches et des membres des mêmes familles » au détriment de responsables qui devraient être choisis.

Ces responsables du parti dont le président national, Ousmane Sonko, est considéré comme étant le principal opposant au régime du Président Macky Sall, ont « dénoncé la manière dont les investitures ont été faites » au sein de leur formation politique qui, selon eux, revendique pourtant « un certain modèle de démocratie, d’engagement et de valeur se résumant dans le slogan : le don de soi pour la patrie ».

A en croire Souleymane Mané, directeur de l’école du parti PASTEF/Les Patriotes, « ce à quoi nous avons assisté lors des investitures pour les élections municipales et départementales, c’est du népotisme ».

Anoune Mbengue, l’un des administrateurs des sites Internet et comptes de réseaux sociaux du PASTEF/Les Patriotes, a expliqué que « nous avons vu, après la validation et la publication de nos listes départementales et municipales, que le monsieur qui est notre tête de liste proportionnelle à la commune est secondée par sa propre épouse d’une part, d’autre part sur une autre liste, les membres d’une seule et même famille, à savoir le père, la mère et les enfants, ont été investis ».

Or, ont-ils précisé, « nous qui occupons des postes importants dans notre parti, avons été investis sur les listes de suppléants ».

Comme presque tous les partis et coalitions de partis du département de Ziguinchor, celui dont le candidat à la mairie de Ziguinchor est l’opposant Ousmane Sonko, est miné par des divisions internes depuis l’élection présidentielle de 2019.

A propos de l'auteur

Khadim FALL