A LA UNE Actualité Dakar economie societe

Cherté du loyer : Le ministre du Commerce propose la mise en place d’un “Observatoire du loyer au Sénégal”

La ministre du Commerce, Aminata Assome Diatta, compte proposer la mise en place d’un Observatoire dédié aux questions du loyer compte tenu de la complexité de la question et de son importance.

“Nous allons proposer au président de la République la mise en place très rapidement de l’observatoire du loyer au Sénégal », a-t-elle dit au terme d’une réunion tenue mardi avec l’ensemble des acteurs du secteur dans la salle de conférence de son département à la sphère ministérielle Habib Thiam de Diamniadio”, rapporte le quotidien national Le Soleil qui cite l’Agence de presse sénégalaise (APS).

L’observatoire, a-t-elle ajouté, « est une nécessité et nous avons une proposition de texte à soumettre au chef de l’Etat pour approbation ».

Une fois la proposition acceptée, a souligné Aminata Assome Diatta, « tous les services impliqués et les acteurs de l’immobilier vont se réunir rapidement pour revoir le texte, le mettre en adéquation avec les préoccupations des uns et des autres afin d’avoir au moins un premier instrument ».

« Il faut nécessairement une structure dédiée. Le ministère du Commerce saisi d’une question est obligé de réagir mais en toute honnêteté. C’est assez difficile de le faire de façon très efficace avec un effectif qui a en charge toutes les autres questions également prioritaires », a relevé la ministre.

D’où, selon elle, la nécessité d’une structure entièrement dédiée à cette question qui pourrait beaucoup s’appuyer à la fois sur le ministère de l’Urbanisme, le ministère des Finances, le ministère du Commerce, entre autres.

Devant les acteurs de l’immobilier, les organisations faitières, les services du ministre du Commerce intérieur, Aminata Assome Diatta a souligné la nécessité pour cette structure une fois mise en place d’avoir des agents dédiés pour travailler uniquement sur la question du loyer pour que toutes les préoccupations soient efficacement prises en charge.

Le ministre de constater que « le loyer très élevé, grève le plus le budget des ménages alors que le pouvoir d’achat baisse de façon drastique », a-t-elle dit.

Pour la ministre, dans un contexte marqué par la cherté des denrées de première nécessité, en raison du coût du fret mais également des dysfonctionnements des chaines de distribution au niveau mondial, il reste évident que cette situation est davantage ressentie par les populations.

D’où cette réunion qui a enregistré « des échanges fructueux qui ont permis de dégager des pistes de solutions », a-t-elle salué.

La question de la caution de trois, quatre, voire six mois, demandée par les bailleurs a été également évoquée lors de la réunion. Des propositions ont été faites pour qu’elle ne dépasse pas deux mois.

Une mesure allant dans ce sens dans ce sens pourrait « alléger un peu les locataires », selon différentes organisations de défense des consommateurs représentées à la réunion.

Il en est de même du taux forfaitaire pour l’enregistrement.

Les acteurs immobiliers ont estimé de leur côté que la seule loi de la baisse ne peut permettre de résoudre la question du loyer, souhaitant également un accompagnement de l’Etat.

Les Agences immobilières ont été invitées à respecter la réglementation en vigueur dans le secteur de la location en déclarant les propriétés qui ne sont pas souvent enregistrées aux services des Impôts et Domaines.

Les participants à la réunion, services de l’Etat, consommateurs, locataires, ont également émis le souhait de voir l’Etat poursuivre les programmes de construction de logements sociaux.

A propos de l'auteur

Khadim FALL