A LA UNE Actualité Justice Saint-Louis societe

SAINT-LOUIS : Lutte contre la recrudescence de la violence et de la délinquance, des élus de l’axe Nord outillés sur des questions sécuritaires

De Adama SENE correspondant de Teranganews à Saint-Louis

Le Centre des Hautes Études de Défense et de Sécurité (CHEDS) en partenariat avec la Fondation Konrad Adenauer (FKA), organise depuis hier dans la capitale un atelier de 48 heures sous la présidence du gouverneur de la région de Saint-Louis, Alioune Badara Sambe. Une activité qui entre dans le cadre du Programme Collectivités territoriales, Défense, Sécurité et Paix (PCTDSP). Une cinquantaine (50) de participants venus des collectivités territoriales, des Forces de Défense et de Sécurité (FDS), des Communautés et des organisations de la Société civile des régions de Louga, de Matam et de Saint-Louis prend part à la rencontre.

Au menu des échanges, ils aborderont des questions sécuritaires dans les territoires locaux sous la houlette d’experts de la sécurité. Avec la recrudescence de la violence, de la délinquance et la montée en puissance de la criminalité et leurs causes multiformes, il faut changer de posture pour mieux assurer la sécurité des citoyens. Pour cela la prévention s’avère indispensable du sommet à la base. Pour le gouverneur de Saint-Louis qui présidait l’ouverture des travaux, avec les nouvelles formes de violences, la sécurité n’est plus réservée seulement à l’Etat. « Conscient de cette situation, l’Etat du Sénégal a réorienté sa politique sécuritaire en créant une agence de sécurité de proximité(ASP) pour être plus proche des populations. Cette politique tend également vers une large participation sociale avec des relais autres que les forces de défense et de Sécurité. Car en y associant des relais communautaires tels que les élus, les imams, les délégués de quartiers, Bagnéne Goxx, le signalement des indices d’anormalité seront pris en compte. Ils seront en mesure de signaler ou d’alerter sur toute chose suspecte constatée dans leur localité» a soutenu le gouverneur, Alioune Badara Sambe. Dans le souci d’assurer un maillage du territoire national, à travers le programme Collectivités territoriales, Défense, Sécurité et Paix (PCTDSP), les participants vont se pencher autour de thématiques comme « La situation sécuritaire et les causes de l’insécurité », « l’organisation de la Défense et de la sécurité au Sénégal », « la politique locale de sécurité : outils et gouvernance ».

Pour le directeur Général du Centre des Hautes Études de Défense et de Sécurité (CHEDS), la rencontre vise à renforcer les capacités des maires, des présidents de conseil départemental et des forces de défense et de sécurité dans la prise en charge des questions sécuritaires. « Dans l’acte 3 de la décentralisation, le gouvernement a fait des territoires un socle, une rampe pour le développement socio-économique. Malheureusement dans les collectivités locales, la sécurité n’est pas une compétence transférée. Ce qui peut être un obstacle, alors qu’il y a un besoin de susciter davantage de synergies entre les élus qui sont les catalyseurs des dynamiques sociales et communautaires et les forces de défense et de sécurité. Des raisons qui sont suffisantes de les mettre ensemble, en développant une synergie horizontale de la sécurité. Comme beaucoup de pays africains, Le Sénégal n’a pas les moyens de développer une sécurité verticale, tous azimuts, avec d’un côté les forces de défense et de l’autre les populations. Raison pour laquelle, c’est une approche qui doit se faire dans une démarche inclusive entre policiers, gendarmes, militaires, élus et populations dans une zone donnée. Afin qu’ils puissent détenir des outils dans le travail de tous les jours et affiner la collaboration dans la prise en charge des questions sécuritaires dans les collectivités territoriales » a signalé le Général Mbaye Cissé.

Avant de poursuivre qu’après Dakar et Saint-Louis, des rencontres similaires seront démultipliés dans d’autres régions. « Pour mieux intégrer la démarche inclusive qui est la plus sûre, la plus viable en matière de sécurité » a ajouté le directeur Général du Centre des Hautes Études de Défense et de Sécurité (CHEDS), Général Cissé. Au nom de la Fondation Konrad Adeneaur Stiftung, la Représentante Résidente Caroline Hauptman a mis en exergue l’intérêt de mettre en œuvre ce programme intégratif qui œuvre dans plusieurs domaines, dont la sécurité.

A propos de l'auteur

Khadim FALL