Actualité Afrique politique

Guinée : Amnesty International milite pour la protection des droits humains

Amnesty International, par la voix de sa directrice de programme Afrique de l’Ouest et Afrique centrale, a appelé lundi 6 septembre, les dirigeants du Comité national du rassemblement et du développement (CNRD) a protéger les droits de l’ensemble de la population guinéenne.

“Nous appelons les dirigeants du CNRD à protéger et à garantir les droits humains de l’ensemble de la population guinéenne, victime depuis des années de violations et de répression”, a déclaré Samira Daoud.

Dimanche, des militaires guinéens, à tête desquels le commandant des troupes d’élite ont procédé à l’arrestation du président Alfa Condé et à la dissolution du gouvernement et de toutes les institutions, matérialisant ainsi un coup d’Etat et une prise de pouvoir par les militaires.

La directrice du programme Afrique de l’Ouest et Afrique centrale à Amnesty International, Samira Daoud, a appelé, lundi 6 septembre, les dirigeants du Comité national du rassemblement et du développement (CNRD), mis en place par les militaires après le coup d’Etat en Guinée, à protéger les droits humains de l’ensemble de la population guinéenne.
Rappelant que de nombreux opposants politiques et manifestants avaient été arrêté avant et après la présidentielle 2020, la responsable d’Amnesty International a demandé que ceux détenus arbitrairement soient libérés.
“Il faut que les instigateurs du coup d’État indiquent le fondement juridique de la détention du président Alpha Condé”, a indiqué Samira Daoud non sans insisté sur le fait que le président Alfa Condé devait être inculpé d’une infraction reconnue par la loi ou remis en liberté immédiatement.
Dans un rapport datant de 2020, l’ONG avait recueilli des informations sur les homicides d’au moins 50 personnes perpétrés pendant les manifestations contre la réforme de la Constitution amorcée et mise en œuvre par les autorités en 2019 et 2020.

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye

Laissez un commentaire