A LA UNE Actualité Diourbel societe Touba

Ramadan 2021 : Diourbel vit au rythme du « Foulkou mas’hone »

De Abdoulaye Faye, correspondant de Teranganews à Diourbel

Diourbel où a longtemps vécu Cheikh Ahmad Bamba Mbacké fondateur de la Mouridiyya, où il fut rappelé à Dieu, vit durant tout le mois de Ramadan au rythme du Foulkou mas’hone.

« Foulkou mas’hone », mot arabe qui signifie cargo de bienfaits divins est un recueil de poèmes volumineux composé de xassaïdes et des versets du saint coran.

Sa lecture quotidienne est initiée par le vénéré serviteur du prophète (PSL), Cheikh Ahmadou Bamba en résidence surveillée à Diourbel. Une tradition instituée en 1946 par S Mustapha Bassirou Mbacké sous le ndigueul du Khalif général des mourides.

Le récital est assuré e partie par S Abdoulaye Diakhoumpa et Serigne Khadim Gadiaga; l’autre constitué de  »khouraya » et  »moukhayate » par Serigne Mountakha Gueye. Une autre partie, le  « courania » y a été ajoutée sur recommandation du Grand bâtisseur, Serigne Abdoul Ahad Mbacke.

A propos du Foulkou, l’actuel Khalife Serigne Mountakha Bassirou Mbacké disait ceci : «Le Foulkou, c’est seulement son fondateur et créateur qui peut en dire les origines et la fin. Serigne Mouhamadoou Lamine Diop Dagana qui était un disciple du Cheikh et un ami intime de Serigne Bassirou Mbacké recitait le foulkou. Après son rappel à Dieu, c’est son fils tafsir Diop qui avait pris le relais. ».

Le « Foulkoul Mashoune » se perpétue depuis des décennies, sous la houlette de la famille du feu Serigne Bassirou Mbacké. Ce dernier, l’avait initié en 1946, après la disparation du premier khalife général des mourides, Serigne Mouhamadou Moustapha Mbacké (1945). Son objectif était de ressusciter une tradition que son père avait instaurée durant son séjour à « Kër Gou Mack ».  La lecture du « Foulkoul Mashoune », n’a pas été poursuivie après la disparition de Serigne Touba, en 1927. Serigne Bassirou, aidé par Serigne Mouhamadou Lamine Diop Dagana, a rassemblé des écrits de son père pour en faire un recueil.  Il confia alors à Serigne Mouhamadou Lamine Diop Dagana la lecture quotidienne avec des extraits différents d’un jour à l’autre.

L’évènement de cette année est dirigé par Serigne Fallou Bassirou Mbacké. Cette tâche lui est dévolue par son grand frère Serigne Mountakha Mbacké depuis plus de trois ans à cause du califat. Le petit frère du khalife de Darou Minam, assis sur une moquette bleue à côté du ministre de l’emploi Dame Diop, écoute, à l’instar de ses fidèles, le premier lecteur du jour, Khadim Gadiaga. Ce dernier, vêtu d’un kaftan blanc, a récité des vers extraits du « Foulkoul Mashoune » (cargo rempli de bienfaits) pendant plus de 40 minutes, avant d’être suppléé par Mountakha Guèye pour la seconde partie. Son successeur a, durant une heure de temps, tenu en haleine le public par des envolés, avec insistance sur certains passages. Serigne Fallou Bassirou Mbacké est resté sur sa posture tout au long de la séance, malgré son âge avancé.  Le marabout est entouré de son petit frère Serigne Issakha Mbacké, du khalife de Serigne Mor Mbaye Cissé, Serigne Abdou Lahat Cissé, des petits fils de Khadim Rassoul et autres dignitaires de la confrérie mouride.

Et, pour ce démarrage, le ministre de l’Emploi, de la Formation Professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Insertion, Dame Diop, fils du terroir, accompagné par une forte délégation, a assisté, ce mercredi, premier jour du mois sacré de Ramadan, à l’ouverture du récital du « Foulkoul Mas’houne », à « Keur Gou Mack », présidé par le frère cadet du khalife général des mourides, Serigne El hadji Fallou Mbacké Bachir.

A propos de l'auteur

Khadim FALL

Laissez un commentaire