A LA UNE Actualité Dakar societe

Sénégal : Une affaire de morts d’animaux fait scandale, le ministère de l’Environnement sous le feu des critiques, apporte des éclairages

La mort d’animaux au cours de leur transfert de la réserve du Ferlo (Ranérou) vers la ferme Sael située à Bambilor, et qui appartient au ministre Abdou Karim Sall, a fait les choux gras de la presse et suscité un tollé sur les réseaux sociaux. 

Tout est partie d’une information tirée du journal Source A qui a fait état de la mort de six Oryx au cours de leur transfert de la réserve du Ferlo (Ranérou) vers la ferme Sael située à Bambilor, et qui appartient au ministre Abdou Karim Sall. Des espèces d’Oryx qui seraient mortes selon la même source au cours de leur transfert.

Mais ce mercredi, c’est le journal Libération qui cite le ministère de l’Environnement, et selon le département de l’Environnement il s’agit de deux (2) espèces qui sont mortes durant leur convoyage «nocturne où toutes les bêtes sont arrivées». Mais elles ont connu quelques blessures et une fracture du fémur qui leur ont été fatales. Leur décès est intervenu «après plusieurs jours de soins vétérinaires auxquels ils n’auront finalement pas survécu. Les quatre autres sont vivants et en bonne santé», explique-t-on au niveau du ministère.

Mais selon, le département de l’Environnement, « ce transfert n’était pas une simple manœuvre individuelle, mais il entrait «dans le cadre de la mise en œuvre de la politique nationale de conservation de la biodiversité». Il rappelle que «les initiatives privées relatives à un repeuplement d’espèces de faune sauvage, jusque-là existantes au Sénégal, se font sur la base de protocoles d’accord dûment établis». Dans ses explications, il rappelle que des oryx ont fait l’objet de transfert «dans d’autres sites privés ou communautaires, notamment à Amboura (Podor), Koyli Alpha (Linguère) en Mauritanie sur la base d’un accord».

Sous le feu des critiques, le ministère de l’Environnement a sorti mardi un communiqué de trois pages pour revenir sur la politique de repeuplement d’espèces de faune sauvage au Sénégal. Et selon le journal Libération qui cite le ministre Abdou Karim Sall. « Il n’y a aucun conflit d’intérêt. Est-ce que je suis le gérant de la ferme ? Est-ce qu’il est interdit au ministre de l’Agriculture de faire de l’Agriculture ? La réponse est non. C’est le gérant de la ferme qui a signé une convention avec la direction des parcs nationaux après avoir fait une demande comme tous les promoteurs qui le souhaitent ». Le ministre de l’environnement d’ajouter : « Après la demande, les services des parcs viennent eux-mêmes faire une inspection sur le site. Et, il faut savoir que les espèces restent une propriété de l’Etat et ne peuvent pas faire l’objet d’une transaction ou d’abattage. L’Etat a décidé d’accompagner tous les privés qui s’engageraient dans ces initiatives visant à diversifier les espèces et chaque jour des animaux partent à Fathala ».

A propos de l'auteur

Khadim FALL

Laissez un commentaire