A LA UNE Kedougou politique

Kédougou: La commune de Khossanto peine à recouvrer son budget 2018

De Alioune Badara SALL, Kédougou

Avec un budget de 445 millions de nos francs pour l’année budgétaire 2018, la commune de Khossanto rencontre, comme dans les années passées, des difficultés à le recouvrer. Ancienne communauté rurale érigée en commune en 2008 grâce à l’acte III de la décentralisation, Khossanto s’étend sur une superficie de 741 Kilomètres carrés pour une population estimée à 6 422 habitants.  Ces difficultés résident, selon le maire  Mamadi Cissokho, dans le manque de d’informations des habitants à s’acquitter de leurs devoirs vis-à-vis de la municipalité. « Avec le budget participatif, les habitants ont pris leur destin en main depuis l’avènement de la commune. Ils se sont responsabilisés dans la conduite du développement », a fait savoir le maire.

Pour le budget, qui n’est autre qu’une prévision fiscale selon le code des collectivités locales de 2013, les communautés rurales devenues communes éprouvent des difficultés. Conscient des problèmes qu’ils pourraient rencontrer, la municipalité avait, en 2015, procédé à la sensibilisation des populations « par rapport aux nouvelles règles qui ont érigé Khossanto en commune . Éduquer les populations, les sensibiliser à payer ». C’est pourquoi, fait savoir Mamadi Cissokho, certains ont commencé à payer le minimum fiscal (les impôts). Toutefois, quelques résistances sont notées au niveau des marchés où le collecteur peine à faire son travail. « C’est surtout au niveau des marchés, des garages, c’est là bas qu’il y a des difficultés parce que les populations n’ont pas l’habitude de payer des taxes journalières et c’est devenu un problème. » Pour ce faire, le maire de Khossanto entend avec son équipe davantage conscientiser les populations que les taxes recouvrées iront au trésor et seront utilisées pour le développement de la localité.

Puisque le budget est une projection, le maire dit tendre vers un recouvrement complet du budget même si ce sera difficile. « On tend vers mais on ne pense pas pouvoir recouvrer tout le budget. D’ailleurs nous pensons chercher un autre collecteur pour appuyer celui qui est sur le terrain. Là aussi , il faudra beaucoup faire attention des capacités finanancières du collecteur à recruter », nous confit Mamadi Cissokho. Il n’a pas manqué de saluer l’initiative du président de la République d’électrifier quatre-vingt villages de Kédougou. Pour lui, « cela aidera à booster l’économie et à corriger les disparités sociales au niveau du Sénégal ».

A propos de l'auteur

Papa Atou Diaw

Laissez un commentaire