A LA UNE Actualité santé Ziguinchor

Ziguinchor : Sit-in des agents de santé pour 14 mois d’arriérés des factures CMU et 6 mois de salaires

De Youssouf DIMMA, Ziguinchor
Plusieurs dizaines d’agents de la santé du département de Ziguinchor ont suspendu le travail, ce vendredi 23 février 2018, dans l’ensemble de leurs services respectifs avant d’organiser un sit-in au centre de santé de Ziguinchor, communément appelé « Hôpital Silence ». Arborant des brassards rouges, ils protestaient ainsi contre des arriérés de factures de la CMU que l’Etat leur doit depuis plus d’un an.
En effet, selon le secrétaire général de la section du centre de santé de Ziguinchor, du Syndicat Unique des Travailleurs de la Santé et de l’Action Sociale (SUTSAS), « l’Etat nous doit des arriérés de factures impayées estimées à 84 millions de francs CFA, pour le compte de la Couverture Maladie Universelle et ceci, pour une durée de 14 mois ».
A en croire Mamadou Mansany Diédhiou, « depuis maintenant 14 mois, nous donnons des médicaments aux enfants âgés de 0 à 5 ans et nous attendons de rentrer dans nos fonds en vain, c’est la raison pour laquelle nous avons décidé d’arborer des brassards rouges depuis le 19 février dernier ».
Mamadou Mansany Diédhiou a ajouté qu’ils ont « arboré des brassards rouges tout en travaillant depuis une semaine pour alerter les autorités en charge de la santé, mais vu le manque de réaction de celles-ci, nous sommes obligés de tenir aujourd’hui une assemblée générale afin de rendre compte aux agents de santé du district sanitaire, suivie d’un sit-in ».
A l’en croire, « le second point de leur plateforme revendicative porte sur le non-paiement de 5 à 6 mois d’arriérés de salaires de certains contractuels de la santé qui servent dans le département de Ziguinchor ».
« Ces agents contractuels sont des pères et mères de familles qui n’ont que leurs salaires mensuels pour vivre, s’ils restent pendant six mois sans percevoir le moindre rond, imaginez ce que cela pourrait faire comme dégâts dans leurs familles respectives » a notamment insisté le secrétaire général de la section locale du SUTSAS.
Dans leurs différentes prises de paroles lors de l’assemblée générale, les orateurs ont tour à tour demandé que leur mouvement d’humeur continue tant que ces deux principaux points de leur plateforme revendicative ne seront pas pris en charge par les autorités en charge de la santé.

A propos de l'auteur

Daouda SOW

Laissez un commentaire

*

Close