A LA UNE Actualité Environnement Saint-Louis societe

Saint Louis – Alerte rouge de la météo : Des pêcheurs de la Langue de Barbarie bravent les interdits

De Adama SENE, Saint-Louis

L’alerte rouge lancée par l’ANACIM avec une houle dangereuse de secteur Ouest pouvant dépasser les 2, 5 m de hauteur sur la cote allant de Saint-Louis au Cap-Skiring à partir du mardi 27 février jusqu’au vendredi 02 mars prochain, n’a pas empêché des pêcheurs saint-louisiens d’affronter le danger. Pourtant le vendredi dernier des pêcheurs guet-ndariens ont perdu la vie et d’autres blessés et internés à l’hôpital à la suite du chavirement de leur pirogue. Un accident dont l’une des causes reste le mauvais temps.
Malgré les nombreux appels des services régionaux et départementaux de pêche de Saint-Louis pour attirer l’attention des pêcheurs sur les conséquences désastreuses engendrées par le mauvais temps en haute mer, ces derniers continuent de braver les interdits. Les alertes de l’ANACIM, de la mer fortement agitée de Saint-Louis à Cap-skriring, ne sont malheureusement pas prises au sérieux par certains pêcheurs guet-ndariens. Un non-respect des alertes de la météo qui occasionne souvent des catastrophes avec des pertes en vie humaine. La parfaite illustration est le chavirement d’une pirogue le vendredi 23 février à l’embouchure. Un accident qui a fait deux morts et trois pêcheurs blessés. A en croire les témoignages recueillis au domicile du propriétaire de la pirogue, c’est en traversant la brèche que les pêcheurs ont raté leur manœuvre à cause du mauvais temps. Pourtant pour ne pas vivre ces situations de drame, la communauté de la langue de Barbarie s’était levée comme un seul homme pour respecter scrupuleusement toutes les consignes des services de la météorologie nationale. Les populations touchées par les nombreux cas de disparition de pêcheurs en haute mer, pendant les campagnes de pêche avaient pris l’engagement devant les autorités maritimes et administratives de ne plus s’amuser avec la houle qui a fait perdre la vie à leurs parents, amis et employés. Des engagements que les comités de vigilance installés dans la langue de Barbarie peinent à faire respecter. Raison pour laquelle, la liste des morts et des portés disparus dans les rangs des pêcheurs guet-ndariens continue de s’allonger.
Cette fois-ci l’alerte de l’ANACIM fera-t-elle reculer les pêcheurs guet-ndariens ? Les comités de vigilance pourront – elles faire respecter les consignes de la météo ? Des questions qui attendent encore des réponses. Il faut signaler que depuis que le canal de délestage est creusé dans le Gandiolais en 2003, plus de 350 personnes y ont perdu la vie.
Mais combien de pêcheurs sont morts en foulant au pied les consignes de la météo ? Difficile de le dire parce qu’ils sont très nombreux.

A propos de l'auteur

Daouda SOW

Laissez un commentaire

*

Close