Actualité economie

Saint-Louis : Les pêcheurs demandent le renforcement de la concertation avec Nouakchott

Dans leur volonté d’accéder à nouveau aux eaux mauritaniennes, les pêcheurs de Saint-Louis (nord) préconisent « le renforcement de la concertation » entre le Sénégal et la Mauritanie. Ils participaient à un atelier, à l’initiative du comité d’initiative chargé de la réinsertion socio économique des pêcheurs et mareyeurs sénégalais expulsés de la Mauritanie depuis plusieurs semaines.

Ces pêcheurs estiment que le dialogue devrait aider à renforcer la paix et à cultiver davantage la cordialité entre les peuples mauritanien et sénégalais, avec « l’implication forte » des autorités des deux pays.

Par la voix de leur président, Mbaye Dièye Sène, ils ont demandé que les pêcheurs sénégalais soient de nouveau déployés et autorisés à opérer en Mauritanie, en relation avec les professionnels mauritaniens de la pêche, pour arriver à « un apaisement rapide de la situation ».

Selon celui-ci, les conditions d’octroi des licences de pêche et des quotas de poisson destinés au marché sénégalais ont été l’objet de discussions et d’échanges entre les pêcheurs et mareyeurs du Sénégal, ainsi que ceux de la Mauritanie représentés à l’atelier.

Il ressort également le sort réservé aux biens que les pêcheurs et mareyeurs sénégalais déclarent avoir laissés en Mauritanie. Les discussions ont aussi porté sur les plaintes de propriétaires d’usines de produits halieutiques installées en Mauritanie.
Le ministre sénégalais de la Pêche et de l’Economie maritime, Oumar Guèye, avait invité, le 2 mai dernier, les pêcheurs sénégalais à s’abstenir d’opérer dans les eaux mauritaniennes, le Sénégal n’étant « pour le moment » lié à la Mauritanie par aucun protocole d’accord de pêche.

« La Mauritanie est un État souverain, qui a voté son nouveau code de pêche avec des dispositions empêchant nos pêcheurs de Saint Louis de pêcher [dans ses eaux], car ce nouveau code indique que pour exercer dans ses eaux, il faut nécessairement débarquer tout ce que l’on capture en mer, ce qui n’est donc pas possible pour les Guet-Ndariens », les pêcheurs de saint-louisiens, avait expliqué M. Guèye.

Il s’adressait à des journalistes, au sortir d’un conseil interministériel consacré notamment au retour de pêcheurs sénégalais détenus pendant plusieurs semaines en Mauritanie.

A propos de l'auteur

Daouda SOW

Laissez un commentaire