A LA UNE Actualité Locales 23 janvier 2022 politique

Après les heurts entre militants BBY et de Guem Sa Bopp : À Saint-Louis, les populations dénoncent la violence et appellent à la retenue 

De Adama Séne correspondant de Teranganews à Saint-Louis

La violence physique s’est invitée finalement dans la pré-campagne dans la capitale du Nord. Des jeunes partisans des coalitions de BBY et de Guem Sa Bopp se sont affrontés ce week-end à Guet-Ndar dans la Langue de Barbarie. Des incidents vigoureusement déplorés par les populations saint-louisiennes et certains responsables politiques qui appellent à plus de sérénité et de retenue.

Les démons de la violence électorale ont survolé ce Samedi la paisible ville tricentenaire de Ndar. Saint-Louis a failli à sa réputation de ville calme, suite à l’altercation qui a opposé des militants de la coalition BBY et ceux de Guem Sa Bopp. Tout est parti d’un meeting de la coalition BBY organisé par le DG du Fonds de Développement des Transports Terrestres à côté du domicile de Ameth Fall Braya et qui a été dispersé par des jets de pierre. A la fin de l’Intifada, il a été dénombré quelques blessés dont trois sérieusement touchés à la tête et beaucoup de chaises cassées. Pour les partisans de dernier, une telle organisation à proximité de leur manifestation n’était rien d” autre qu’ une provocation.

” Tout le monde sait que la Langue de Barbarie est derrière Braya. Donc le trouver dans son fief et tenter de saboter ses activités, ce n’est pas intelligent de la part de Babacar Gaye et de ses quelques militants. Malheureusement les jeunes ont répondu à la provocation. Il y a eu des jets de pierres de part et d’autre avec des blessés et d’importants dégâts matériels. Peut-être le camp de la BBY est effrayée par les fortes mobilisation de la coaliton Guem Sa Bopp et de Braya qu’ elle veut utiliser la force pour exister dans la Langue de Barbarie. En tout cas l’intimidation ne passera pas” a déclaré Ousmane Wade, un des lieutenants de Fall Braya. Des accusations qui ont été balayées d’un revers de main par le responsable apériste de Goxu mbacc, Babacar Gaye. Pour lui, les injures, les calomnies, les agressions verbales et physiques n’intéressent nullement la coalition BBY parce que notre candidat a un bilan défendable. « Il faut que Ameth Fall Braya et ses bras armés comprennent que qu’il n’y pas de quartiers interdits pour les coalitions en lice pour les locales de Janvier 2022. Le quartier de Guet Ndar n’est pour personne. La rencontre de Guet Ndar était inscrite sur l’agenda de nos activités depuis longtemps. Il n’a jamais été question pour nous d’attaquer qui que se soit. Pourtant notre meeting a été saboté et nos militants blessés par le camp de Braya. Donc que tout le monde revienne à la raison car la violence appelle la violence. Arrivé à ce stade, c’est tout Saint-Louis y perd » a soutenu Babacar Gaye.

Les saint-louisiens appellent à la retenue

Pour Pape Samba Ndiaye, leader du Mouvement Perspectives Saint-Louis 2024, par ailleurs allié du maire sortant, les violences verbales et physiques n’honorent en rien l’image de la ville et de ses fils. “Nous invitons à nos militants et sympathisants de ne pas répondre à la provocation des adversaires. Malgré les troubles politiques qui sont relayés quotidiennement dans les médias dans certaines régions, Saint-Louis on a pu gérer la situation dans la civilité alors pourquoi attendre cette période pour ouvrir des hostilités qui ne mèneront à rien. Nous avons un bilan qui nous plaide favorablement. Donc moins il faut moins de tensions pour le dérouler tranquillement aux saint louisiens. Il faut que les acteurs politiques se ressaisissent et nous épargnent des tensions électorales” a demandé Pape Samba Ndiaye qui présentait le bilan du maire sortant m, Mansour Faye. Un avis de non violence qui est largement partagé par de simples citoyens de la vieille ville. Avant de poursuivre que si on n’y garde la vieille cité risque de s’embraser. Pour eux le passage des agressions verbales aux physiques méritent une attention particulière avant qu’il ait des dérapages. .

“Les violences enregistrées dernièrement à guet Ndar n’ont pas leur place sur le champ politique de Saint Louis. Personne n’y gagne. Mieux vaut essayer de convaincre les populations par un bon bilan ou proposer des programmes cohérents, que de détruire les biens d’autrui et de blesser d’innocentes personnes” a insisté Cheikh Fatma Gueye. Pourvu que ces appels soient entendus et traduits en actes sur le terrain et que les politiciens comprennent enfin que le pays nous appartient tous.

A propos de l'auteur

Khadim FALL