A LA UNE Actualité Matam santé societe

Matam : La coopération espagnole injecte plus d’1 milliard FCFA pour renforcer l’accès à l’eau potable 

De Thierno Baye Diène correspondant de Teranganews à Matam 

La coopération espagnole va financer à hauteur d’1milliard 500 millions le projet d’optimisation et de réhabilitation d’infrastructures d’eau potable dans la région de Matam. Le projet intervenant dans les départements de Matam et Kanel, a déjà construit 2 forages et 6 châteaux d’eau pour une cible globale de 21.000 personnes des milieux ruraux.
L’accès à l’eau potable est une équation aux multiples inconnus dans la région de Matam où dans certaines partie du territoire régional, le liquide précieux est une denrée plus que rare. Faute de mieux, les populations consomment l’eau du fleuve comme ce fut le cas dans la commune de Bokiladji et dans d’autres zones du ferloo du département de Kanel. Cette problématique pourrait être solutionnée, en partie, grâce au projet d’optimisation et de réhabilitation d’infrastructures d’eau potable dans la région de Matam financé par l’AECID ( l’agence espagnole de la coopération internationale. Une certitude du directeur général de l’OFFOR (Office des forages ruraux) venu prendre part à la cérémonie officielle de lancement dudit projet.

« C’est l’un des rares projets qui englobe aussi bien la production avec 2 forages, le stockage avec 6 châteaux d’eau, le réseau avec 50 km de réseau, la qualité de l’eau avec la mise en place de 9 unités de coloration et également l’optimisation énergétique parce que c’était la première fois qu’on a un modèle aussi abouti qui prévoit en fait la solarisation des installations que nous allons mettre en place. Et vous l’avez entendu des populations, l’impact que le coût de l’énergie joue dans l’exploitation des forages. C’est vraiment un modèle à dupliquer dans les autres localités ». S’exclame Alpha Baila Gueye.

En effet, le Sénégal à travers des politiques sectorielles, s’est engagé à atteindre l’accès universel de l’eau potable et à l’assainissement en conformité avec l’ODD 6. Ainsi, assurer d’ici à 2030 un accès universel et équitable à l’eau potable, à un coût abordable, implique d’investir. Depuis, le Sénégal a engagé des reformes dans le secteur de l’hydraulique rurale pour améliorer la qualité de service. Les résultats obtenus, selon les chiffres officiels, sont encourageants avec un taux d’accès qui grimpe à 94% en milieu rural. Même s’il existe des disparités entre régions. Pour corriger ces impairs, l’ètat a décidé d’orienter ses actions vers les zones présentant un taux d’accès à l’eau potable inférieur à la moyenne, c’est le cas de Matam.

Selon l’adjointe au gouverneur chargée du développement, le geste de la coopération espagnole entre en droite ligne avec la politique de l’État du Sénégal de faciliter l’accès à l’eau potable à tous les citoyens sans exception. « il a été remarqué qu’au niveau de la région de Matam qu’il y a un retard dans cette tendance positive de l’accès des populations à l’eau potable. Raison pour laquelle ce projet a été lancé par l’Office des forages ruraux en collaboration avec son partenaire technique et financier pour véritablement répondre à ce besoin qui est là présent au niveau de la région et favoriser une meilleure accessibilité des populations à l’eau potable à travers 9 villages de la région de Matam ». S’est félicitée Aissatou Diallo Bodian.

A propos de l'auteur

Khadim FALL