A LA UNE Actualité Dakar

Grève de prestataires pour leur régularisation : La Senelec dit ne céder à aucune forme de pression

Lundi 11 octobre, l’Amicale des Travailleurs de l’Electricité a entamé une grève de la faim illimitée.

Dans un communiqué, la Direction générale de la Senelec a tenu à apporter une réponse. Selon l’entreprise, « ces membres ne font pas partie de son personnel et donc ne sont pas ses employés. Évoquer un pseudo refus de Senelec de les recruter comme motif de leur grève de la faim traduit une volonté manifeste de cette amicale de justement s’engager dans du dilatoire et d’entretenir la confusion auprès de l’opinion publique ».

La Direction estime que cette action vise ni plus ni moins à mettre la pression sur Senelec pour la contraindre à procéder à recrutements injustifiés. Senelec rappelle que dans le cadre de ses activités planifiées est régulièrement appelée à faire recours à des entreprises ou GIE sur la base de contrats de prestations de services : « Il revient à ces structures, sans aucune responsabilité de Senelec, de mobiliser des ressources humaines (souvent des prestataires) pour honorer la prestation attendue. Toutefois, Senelec dans sa politique de recrutement, et selon ses besoins peut accorder la priorité à la candidature des travailleurs des sous-traitants sans que ce soit un droit consacré. C’est dans cet esprit que pour l’année 2021 sur les 92 personnes retenues à l’issue des concours de recrutement, 64 proviennent des prestataires des structures de ces sous-traitants », selon Le Soleil.

La Senelec regrette leur recours à la grève de la faim, et « réaffirme sa ferme détermination à ne céder à un quelconque chantage et se réserve le droit de préserver son image par tous les moyens de droit, au besoin ».

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye