A LA UNE Actualité Saint-Louis societe

Ramadan et port vestimentaire : Les jeans cèdent la place aux tenues descentes traditionnelles 

De Adama SENE correspondant de Teranganews à Saint-Louis

C’est parti pour un mois d’abstinence, de prière qui exige un changement de comportement et surtout de port vestimentaire, notamment chez les jeunes filles pour être en adéquation avec ce temps de sainteté. Une période de jeûne, ou hommes et femmes changent leur façon de s’habiller.

Au Sénégal, la majeure partie de la gent féminine privilégie un habillement traditionnel au détriment de la tenue jugée sexy durant le mois de Ramadan. Un phénomène vestimentaire dont n’ont pas échappé les femmes de la capitale du Nord en cette période de jeûne. D’ailleurs depuis quelques semaines, les cantines et autres boutiques de vente d’habillements des marchés de Saint-Louis ont renouvelé leurs stocks de pantalons serrés, de chemises près du corps, de robes moulantes, de jupes courtes, de tee-shirts, de hauts décolletés, en djellabas, en caftans « el hadj », en voiles et autres ensembles traditionnels.

Le soleil darde ses rayons sur l’Avenue Général Degaulle vers le grand marché de Sor, les magasins et centres commerciaux ont ouvert leurs portes, les clients entrent et sortent des lieux avec des paquets. La circulation n’est pas trop fluide, on note çà et là de petits embouteillages et les trottoirs sont anarchiquement occupés par des tabliers et quelques vendeurs de pains et autres pâtisseries.

De taille moyenne et de teint clair, un sachet bleu à la main, vêtue d’une robe traditionnelle assortie d’une voile rouge à la tête, de chaussures et d’un sac de main de la même couleur, Awa MBaye, infirmière dans une clinique privée de la place attend sagement un taxi sur l’Avenue Général Degaulle. Très élégante dans sa robe longue, pourtant à en croire cette jeune dame d’une trentaine d’années, la tenue traditionnelle n’est pas sa préférée malgré les compliments qu’elle reçoit souvent. « J’ai décidé de me métamorphoser pendant les 30 jours du Ramadan en laissant de côté tout ce qui est vêtement sexy. J’ai déjà acheté quelques tenues traditionnelles afin de m’habiller plus décemment pendant cette période. C’est pourquoi je me suis accoutrée de la sorte pour ne heurter personne dans la rue ou au bureau. D’ailleurs je viens d’acheter deux autres djellabas et des foulards (voiles). En tant que musulmane, je respecterai cette mesure durant tout le mois de jeûne. Même si ces tenues sont belles et élégantes, ce ne sont pas mes favorites. Je me sens plus dans ma garde-robe de pantalons et robes moulants et habits sexy. D’ailleurs je vais tout donner après la Korité » a signalé Awa MBaye.

Sur la même avenue et à plus de trois mètres devant la porte d’une institution financière, un trio de jeunes femmes discute. Comme si elles s’étaient passé un mot d’ordre de s’habiller en djellabas et de se couvrir la tête. Elles étaient toutes voilées. « C’est pour rester dans le mode de port vestimentaire du Ramadan car nous sommes dans un pays à forte domination musulmane, en tant musulmane on doit respecter les jeuneurs durant le mois de ramadan. C’est pourquoi en sortant dans la rue, toute femme doit veiller à cacher ses formes en portant des habits amples et décents pour ne pas blesser ou causer des torts aux passants. Certes notre religion nous le recommande pour toute l’année, mais nous ne pouvons pas s’habiller de cette sorte toute l’année.

Pour dire la vérité, la majeure partie d’entre nous après le jeûne, rangerons bientôt djellabas et autres habits amples de côté » a tenté d’expliquer Ndeye Marie Fall. En attendant le rangement des djellabas et autres ensembles sénégalais, ce sont les commerçants et tenanciers de boutiques de vente d’habillement qui se frottent les mains. A en croire certains vendeurs, une grande partie de leurs stocks en djellabas, en voiles, en caftans et tenues traditionnels, est écoulé en une semaine. « Les temps sont durs mais on ne se plaint pas. Les stocks se sont bien vendus surtout avec les femmes », a soutenu Baye Cheikh qui tient une boutique d’habillement au marché Sor.

A propos de l'auteur

Khadim FALL

Laissez un commentaire