A LA UNE Actualité Education Ziguinchor

Ziguinchor / Education sexuelle à l’école : « Les parents d’élèves et d’étudiants de Ziguinchor rejettent un tel programme », selon le Sg de l’URAPEES

De Youssouf DIMMA, Correspondant de Teranganews à Ziguinchor

Les parents d’élèves et d’étudiants de la région de Ziguinchor font connaître leur position quant à l’introduction présumée de l’éducation sexuelle dans les programmes du système éducatif sénégalais. Leur position, tranchée, est la négation et « le rejet ». C’est le secrétaire général de l’Union Régionale des Associations des Parents d’Elèves et d’Etudiants du Sénégal (URAPEES) qui, interrogé ce 29 décembre 2020, a fait connaître leur position.

En effet, le Doyen Alpha Barry, secrétaire général de l’URAPEES, par ailleurs président par intérim, a indiqué que « non seulement nous rejetons un tel programme, mais nous disons que l’éducation sexuelle, je peine même à prononcer le mot, c’est quelque chose qui doit être géré au sein de nos familles, mais pas une organisation internationale qui doit nous l’imposer dans notre système éducatif ».

A l’en croire, « pour nous Africains, de quelque ethnie que ce soit, nous avons nos propres traditions en ce qui concerne la gestion de certains faits sociaux ; cette forme d’éducation relève du taboue chez nous, même si l’on doit pouvoir dépasser les taboues, nous avons nos propres méthodes pour cela et ces méthodes-là ne sont pas caduques ».

Pour M. Barry, « nous rejetons ce type de programme, parce qu’aussi, nous ne voyons pas comment aborder un tel programme dans une classe où il y a des filles et des garçons, dans un établissement où il y a des femmes et hommes enseignants, surveillants et surveillantes, des administrateurs et des administratrices ».

Cet instituteur de classe exceptionnelle à la retraite, ancien « conseiller pédagogique CLAD (Centre de Linguistique Appliquée de Dakar, Ndlr) » a ajouté que « l’éducation sexuelle n’est pas destinée à être publiée au sens où l’on parlera de beaucoup de choses gênantes ».

Le Doyen Barry a déclaré que « d’ailleurs actuellement certains comportements de nos jeunes sont la conséquence de faits que nous avons véhiculés les concernant, sans prendre les précautions nécessaires en adéquation avec nos traditions ».

A propos de l'auteur

Khadim FALL

Laissez un commentaire