Actualité

Matam-Ourossogui : Un enfant en classe de CM2 meurt noyé dans une mare

De Thierno Baye Diéne correspondant Teranganews à Matam

La saison des pluies est synonyme de grande psychose pour les populations de la commune de Ourossogui qui voient leurs enfants se noyer dans les mares. Des mares artificielles, résultats des creusages des sociétés en charge des travaux publics, qui ont fait 8 victimes, toutes des enfants de moins de 14 ans, en l’espace de 8 ans.

La dernière victime de ces marres était un brillant élève de CM2. Il est décédé juste après avoir réussi avec brio aux essais organisés par son établissement.

Sa maman Thillo Gadio tenaillée par la douleur de la perte se montre tout de même stoïque « je suis une mère extrêmement affligée, j’ai une douleur que j’ai du mal à exprimer. Mon garçon était un fils que je chérissais énormément parce qu’il était brillant à l’école. J’avais fondé beaucoup d’espoirs en lui. Il vient de réussir les essais de son école. C’est tout cela qui rend cette mort encore plus douloureuse. » Confessa-t-elle dans un ton ponctué de trémolos avant de poursuivre « le jour de sa noyade, il devait retourner à l’école dans l’après-midi et moi je devais aller présenter mes condoléances à des proches.

Le père meurtri à l’annonce de la triste nouvelle, « c’est en cours de route que mon frère m’appela pour m’annoncer la noyade de mon fils. Il n’avait fréquenté cet endroit, c’est surement la fatalité qui a guidé ses pas jusqu’ici » conta la maman éplorée. Les marres où beaucoup d’enfants ont péri se trouvent à quelques encablures des habitations.

Sur la périphérie de la commune de Ourossogui, les entreprises en charge de la construction des routes dans la zone ont déployé de gros engins pour creuser le sol à la recherche de latérite. Ces profondes fosses creusées se transforment, en période d’hivernage, en grosses marres où les enfants se baignent. Depuis 2012, 8 enfants de la ville de Ourossogui s’y sont noyés.

Le dernier cas de noyade enregistré ce mardi dernier a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. «je vais porter plainte contre ces entreprises, menace le maire de Ourossogui, Me Moussa Bocar Thiam, ce n’est pas normal que ces entreprises creusent nos sols et ne les remblaient pas. Ces trous se transforment en marres et nos enfants s’y noient chaque année. Ce n’est pas normal » peste-t-il.

En effet, les cas de noyade sont légion dans la commune de Ourossogui. Le quartier Aynoumadi est celui qui a payé le plus lourd tribut, renseigne Hamidou Ndiaye, porte-parole des habitants « tous les jeunes qui se sont noyés ici sont originaires de notre quartier. En moins de 10 ans, on a enregistré plusieurs pertes en vies humaines : des enfants dont les âges varient entre 12 et 14 ans. Ils se sont noyés dans ces marres que vous voyez là. Nous exigeons des autorités locales qu’elles mettent la pression sur les entreprises mises en cause pour le remblaiement de ces mares. Nous ne sommes plus tranquilles à cause de ces marres qui engloutissent nos enfants. », a-t-il raconté aux journalistes.

Cette proximité s’avère fatale aux jeunes enfants. La solution réclamée par les populations est le remblaiement « nous demandons solennellement au chef de l’Etat de nous venir en aide. Nous sommes en train de perdre nos enfants qui représentent l’avenir. Nous voulons qu’il donne l’ordre à ces entreprises de faire disparaitre ces mares. Les engins sont à quelques mètres. Il faut qu’ils reviennent remblayer ces fosses afin que ces noyades puissent cesser. J’ai déjà perdu mon fils mais je ne veux pas qu’une autre maman perde son enfant dans ces mares-là. On peut l’éviter si ces elles sont toutes éliminées » conclut-telle.

A propos de l'auteur

Khadim FALL

Laissez un commentaire