A LA UNE Actualité Dakar economie

Classement 2020 de l’indice CPIA de la Banque mondiale : Le Sénégal dans le trio de tête

La Banque mondiale a publié l’édition 2020, de son évaluation de la politique et des institutions nationales (CPIA) pour l’Afrique subsaharienne. Dans cette étude la note globale de la région reste inchangée, le rapport relève que la qualité des politiques et des institutions dans la région s’est affaiblie.

La Banque mondiale a rendu publique l’édition 2020 de son rapport sur l’évaluation de la politique et des institutions nationales (CPIA) dans les pays d’Afrique subsaharienne admis à emprunter à l’Association internationale de développement (IDA).

Selon le document de l’institution internationale, « cet outil de diagnostic annuel de l’institution est destiné à mesurer la qualité des structures politiques et institutionnelles publiques, et leur capacité à soutenir une croissance durable et à réduire la pauvreté. Ce rapport attribue à chaque pays des notes allant de 1 (faible) à 6 (élevé) sur 16 indicateurs regroupés en quatre catégories : la gestion économique, les politiques structurelles, les politiques de lutte contre l’exclusion sociale et de promotion de l’équité, et la gestion et les institutions du secteur public. »

La note globale de la CPIA représente la moyenne des 16 indicateurs. Les notes obtenues servent ainsi à déterminer le volume des prêts concessionnels et des dons que la Banque mondiale accorde aux pays à faible revenu d’Afrique subsaharienne.

Pour cette édition de la CPIA, 39 pays d’Afrique subsaharienne, la Somalie ayant été ajoutée aux 38 pays éligibles en 2018 à l’assistance de l’IDA, ont fait l’objet d’une évaluation en 2019. Inchangée depuis 2016, la note globale de la CPIA pour les pays de la région s’élève à 3,1. Cependant, elle masque une évolution des notes parmi les différentes catégories d’indicateurs et entre les pays.

Les notes moyennes dans la plupart de ces catégories ont affiché une tendance à la baisse en 2019. Alors que les notes moyennes pour la catégorie « gestion économique » n’ont pas changé par rapport à l’évaluation de l’année précédente, celles des trois autres catégories (politiques structurelles, inclusion sociale, gestion et institutions du secteur public) ont diminué indiquant ainsi que la qualité des politiques et des institutions dans la région des pays IDA s’est affaiblie en 2019.

Le rapport relève, « un affaiblissement des politiques structurelles qui s’est traduit par une baisse de la qualité de la politique commerciale, des améliorations inégales de la réglementation des marchés de facteurs et de produits et une nouvelle détérioration de la performance du secteur financier. »

Dans le domaine de l’inclusion sociale, de nombreux pays ont connu une baisse de la qualité de la prestation de services qui affecte l’accès aux services de santé et d’éducation et leur qualité. Dans le domaine plus large de la gouvernance, des progrès limités ont été accomplis dans le renforcement des droits de propriété, de la transparence et de la redevabilité. En outre, la qualité de l’administration publique a diminué et les systèmes de gestion financière et la capacité de mobilisation des recettes se sont affaiblis dans de nombreux pays.

Le Rwanda toujours en tête 

Le Rwanda s’est maintenu en tête du classement. Sa note globale de 4,0 n’a toutefois pas évolué au cours des trois dernières années. Vient ensuite le Cap-Vert dont la note globale est de 3,8. Suivi du Kenya, du Sénégal et de l’Ouganda, avec chacun la note globale de 3,7 ; des notes identiques à celles de l’année précédente.

Au total, 14 pays de la région ont vu leur note globale de la CPIA évoluer en 2019 contre 15 en 2018. Parmi ces pays, trois (le Tchad, le Nigeria et le Zimbabwe) sont des pays dits « fragiles » et touchés par des conflits. Les pays dits «non fragiles» comprennent le Bénin, le Ghana et le Togo. Ce dernier est devenu un pays très performant comme en témoigne sa note globale de la CPIA qui au cours des trois dernières années a augmenté et s’élève à 3,3 en 2019, bien au-dessus de la moyenne régionale, « reflétant des avancées dans un ensemble de domaines ».

L’augmentation de la note globale de ces pays démontre des progrès dans la qualité de la gestion économique (Bénin et Tchad), les politiques structurelles (Ghana et Zimbabwe), la lutte contre l’exclusion sociale (Tchad, Nigeria et Togo) et la gestion du secteur public (Togo et Zimbabwe).

A l’opposé, huit pays ont vu leur note globale diminuer. Parmi ceux-ci, on compte autant de pays « non fragiles » (Mozambique, Sierra Leone, Sao Tomé-et-Principe et Zambie) que de pays « fragiles » (Érythrée, Burkina Faso, Soudan du Sud et Soudan). Pour ces deux groupes, la diminution de la note globale de la CPIA reflète une baisse de la qualité des politiques structurelles, des politiques de lutte contre l’exclusion sociale et de la gestion du secteur public.

A propos de l'auteur

Khadim FALL

Laissez un commentaire