AMANDE FOURRE AU KG

AMANDE FOURRE AU KG 1185 vue(s)

Catégorie: VRAC/Les Fruits secs
Description du produit: L'amande fourre est un fruit De forme ovoïde, recouverte d'une peau veloutée au toucher, verte et duveteuse, l'amande est un fruit à coque ressemblant à une petite pêche verte, dont la chair reste mince, dure et sèche et ne devient jamais juteuse. Elle renferme un noyau jaune crevassé et ligneux, à coque épaisse (amandon), qui renferme une ou deux graines, également appelées « amandes ». C'est une collation nutritive qui enraye la sensation de faim1. L'amande (dans ce second sens) est une graine oléagineuse à la chair pâle, croquante, douce ou amère (pour les amandes sauvages). Oblongue et aplatie, pointue à l'extrémité portant le germe, elle est couverte d'une peau brune légèrement velue. Quand cette peau est retirée doucement, l'amande est dite émondée.

Fruit de l’amandier, l’amande appartient à la famille des fruits oléagineux. Fraiche, on la trouve sur les marchés en début d’automne, cachée sous une coque vert pâle qui masque sa coquille. Mais cette graine, la plupart du temps, est commercialisée séchée et décortiquée. En poudre, elle est à la base de la fameuse frangipane, cette pâte épaisse dont sont fourrées les galettes des rois.

Production en tonnes. Chiffres 2003-2004
Données de FAOSTAT (FAO)
États-Unis 755 961 45 % 818 100 49 %
Syrie 139 010 8 % 139 000 8 %
Iran 105 000 6 % 110 000 7 %
Espagne 197 300 12 % 95 600 6 %
Italie 91 382 5 % 91 000 6 %
Maroc 70 808 4 % 70 808 4 %
Tunisie 40 000 2 % 50 000 3 %
Turquie 38 000 2 % 38 000 2 %
Grèce 33 899 2 % 34 000 2 %
Algérie 32 000 2 % 32 000 2 %
Libye 31 000 2 % 31 000 2 %
Autres pays 154 529 9 % 144 634 9 %
Total1 688 889100 %1 654 142100 %

Originaire d'Asie centrale et orientale, l'amande est amère et toxique sous sa forme sauvage. Il existe un débat sur la domestication de l’amandier. Danièle Martinoli et Stefanie Jacomet (Identifying endocarp remains and exploring their use at Epipalaeolithic Öküzini in southwest Anatolia, Turkey - 2004) prétendent que les restes d'amande amère toxique trouvés en Anatolie (A. orientalis and A. graeca) dès le chalcolithique correspondent à une consommation en faible quantité et pour leur richesse en huile. Pour autant on ne peut pas parler de domestication puisqu'il n'y a pas démonstration d'une évolution entre les formes spontanées d'amandier et une forme sélectionnée