A LA UNE Actualité Agriculture Dakar economie societe

Reportage : Fiara 2021, une vitrine commerciale pour la valorisation et la promotion des produits locaux, qui attend désespéramment acheteurs

La 21e édition de la foire internationale de l’agriculture et des ressources animales (FIARA) a ouvert ses portes depuis le 20 mai au Centre Centre international du commerce extérieur du Sénégal (CICES) de Dakar. Une belle vitrine commerciale pour la valorisation et la promotion des produits locaux venant de nos terroirs et qui incite à la consommation locale. Une façon aussi de participer à la création de chaines de valeurs. Même si ce n’est pas encore le grand rush lors de notre passage…Pour les exposants, il ya plus de visiteurs que de véritables acheteurs…Reportage

Au pavillon du riz de la vallée, l’exposition émerveille, dés l’aperçu

« Bienvenue au village du MAER », peut-on lire à l’entrée du Pavillon, où les vrombissements des ventilateurs et son des télés et magnétophones attirent l’attention. Dans le chapiteau, des sacs de riz de 10,25 et 50 kg sont arrimés dans des chambrettes d’au moins de 4 mètres carrés. De l’autre coté, des vendeurs et producteurs d’autres produits s’installent.

 

De Walo, localité située dans la région de Saint-Louis, à plus de 256,5 kilomètres de Dakar, sont venues, de braves femmes productrices, et vendeuses, pour écouler leurs marchandises, le riz de la vallée. Entourées de sacs de riz, elles interceptent tout individu passant.

Mme Fatou Ndiaye Dieng, présidente des femmes productrices et transformatrices de la région de Saint -Louis nous présente son exposition « en cette 21éme édition, nous avons des variétés avec nous. Des variétés aromatique et du riz ordinaire. Nous avons amené le 108,177, 210, Jasmine, brisure entre autres variétés », détaille-t-elle. Revigorée par l’appui du ministère de l’agriculture, Mme Ndiaye visage gracieux remercie la tutelle ». L’évènement est axé sur le thème : « Rester Ici, travailler Ici et réussir ici pour une agriculture levier de la relance économique ». Et, comme chaque année prés de 800 exposants y compris les services d’accompagnement de la production entre 15 et 19 pays sont attendus.

 

 

Pour dire vrai, comparée aux précédentes édition, la 21 éme a une grande différence en raison d’abord de la pandémie de covid-19. Aussi on faisait des villages qui accueillaient plusieurs personnes. Mais cette année il y a peut de gens parce-que le riz est en manque. Parce-après contre-saison, l’hivernage nous a surpris et a tout gâché. De même pendant la saison sèche, les rats et oiseaux destructeurs ont tout détruis. Le village accueillait plus que cette quantité « regrette la présidente. Poursuivant, c’est une reconnaissance qu’elle adresse au gouvernement, qui selon elle, leur a apporté un soutien financier et matériel.

Cices accueille plus de visiteurs que d’acheteurs

Le chapiteau est pourtant rempli d’individus venus de partout, mais peu d’entre eux sont venus pour acheter « les acheteurs viennent très peu. Tout le reste c’est des visiteurs. Peut être ils attendent la fin du mois », rapporte C. Gueye productrice.

Dans ce petit milieu de commerce, pousse- poussiers, vendeur de thé et d’autres produits ,évoluent mutuellement. Ibrahima, pousse poussier, habitant de Scat urbam, quartier périphérique de Dakar prononce presque la même phrase « Il y a rien pour le moment. Je pense que l’information n’a pas fait le tour des télés peut-être ,mais nous attendons avec patience « , laisse-t-il attendre .

Mais, il faut dire, il ne reste qu’une poignée de jours pour cette édition tant impactée par la crise sans fin de la pandémie de covid-19.

A propos de l'auteur

Dame Diop

Laissez un commentaire