A LA UNE Actualité economie societe

Covid-19/Economie : Le Sénégal pourrait sombrer dans une éventuelle crise économique

Le monde se barricade de tous les cotés. La peur s’est déjà installée dans le cœur de l’humanité entière. Le virus apparu en décembre 2019 en  Wuhan a fait plusieurs pertes humaines dans le monde. Rien qu’en Italie la mortalité dépasse la barre de 5500 morts. Chaque jour, des centaines de morts  du Covid-19 sont comptés.

Actuellement le Sénégal fait parti des pays d ‘Afrique les plus touchés soit 67 cas positifs, et à peu prés 1000 sous surveillance. Tout le monde à peur. C’est pour cette raison beaucoup demandent de mettre le pays entier sous confinement général.

Quel avenir pour le Sénégal un pays pauvre où l’informel passe devant le formel ?

Un entretien avec M Diagne économiste nous a permis de dire, une crise économique considérable est inévitable quand le Sénégal se met dans un confinement général.  » L’économie va baisser nous allons vers une crise. Et si c’est profond c’est une réception. Nous avons un système économique différent par rapport aux pays développés ,ici, l’informel est plus important que le formel.En Europe c’est plus facile l’intervention est mieux la-bas qu’ici, » a déclaré-M Diagne.

L’idée de confinement général va dans le sens d’interdire toutes les activités dans le pays. Dans ce cas ,les entreprises seront frappées par un chômage technique. Dans un pays où les salaires pour la plus part évoluent entre 200  et 300 mille. Quel avenir pour la population?

Le chômage technique, appelé aussi chômage partiel, est une situation dans laquelle les salariés d’une entreprise subissent une baisse d’activité en dessous de l’horaire légal de travail, du fait d’une réduction temporaire de l’activité. Les causes d’une mise au chômage technique doivent être conjoncturelles pour l’entreprise (restructuration de l’entreprise, perte de l’outil de production, conjoncture économique délicate, …). Les contrats de travail sont maintenus en l’état et les salariés perçoivent de leur employeur un dédommagement pour chômage technique, égal à 70 % du montant horaire de leur rémunération brute. De son côté, l’entreprise perçoit une indemnité de la part de l’État pour maintien de son effectif.

La première conséquence d’un arrêt de travail ,est l’arrêt de la production. Et plus cet arrêt est long plus la production baisse. Cette baisse de production entraîne une crise économique; car la croise n’est d’autre qu’un recul de production. Et cela débouche sur une baisse de la croissance économique.

De même, en deuxième lieu,les salariés subissent une baisse de leurs revenus. En effet ,les travailleurs en chômage reçoivent des allocations chômage inférieures au moins de 20% aux salaires  perçus. Cette situation ,si elle est globale et durable ,renforce de même la cris.

Toutefois,l’économie du Sénégal est globalement informelle et la partie formelle ne cotise pas au chômage .De plus ,il n’existe pas d’institutions ou dispositifs institutionnels dédié à ces types d’actions rien n’est prévu à cet effet .

Par conséquent,un confinement général d’un pays comme le Sénégal nécessite des messires d’accompagnement sous forme d’aides massives ,touchant les familles une par une de sorte de ne laisser aucune famille en rade.La Tunisie s’y est mise en  avec un système d’aides massives .Il faut voir les stratégies lises  en oeuvre et le niveau de l’efficacité atteint.

Dans tous les cas ,il faut dire ,le Sénégal comme les autres pays ,ne sont pas dans les standard  de l’Europe .Les réalités étant différentes ,les modalités d’intervention ne pourront pas être les mêmes.

A propos de l'auteur

Dame Diop

Laisser un commentaire