A LA UNE Actualité Afrique international

Guinée : Les élections législatives reportées au 1er mars (décret)

Initialement prévues pour le 16 février, les élections législatives viennent d’être reportées au 1er mars par un décret du Président Alpha Condé publié cette nuit par la télévision nationale.
Il faut rappeler que la campagne électorale en vue de ces élections est en cours depuis le 15 janvier 2020. Dénonçant les conditions de préparation de ces élections, les grands partis politiques de l’opposition avaient demandé le report, mais la Cour constitutionnelle avait rejeté leur recours.
« Il a été décrété pour cumuler les législatives et le référendum », dit Aliou Condé
Pour Aliou Condé Secrétaire général de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée,  ce report ne le surprend guère. « Tout le monde savait que la CENI n’était pas prête, elle fait des bouchées doubles, c’est dire qu’elle avait besoin de souffler un peu et on lui a donné 15 jours de plus. Donc, l’une des raisons de ce report est de donner un peu plus de temps à la CENI ».
L’autre raison, selon le député de l’UFDG,  est liée au référendum. « Vous savez que l’ordonnance du chef de l’Etat pour le référendum prévoyait 15 jours de campagne. Dans la perspective de coupler ces élections, il leur faut repousser les élections législatives pour se préparer et avoir le temps de la campagne. D’ailleurs, le chef de l’Etat a lancé la campagne du référendum à Fria », fait remarquer  le secrétaire général de l’UFDG.

« Une bonne chose mais ce n’est pas suffisant », dixit Dr Ousmane Kaba

Selon le Docteur Ousmane Kaba, président du Parti des démocrates pour l’espoir (PADES), « c’est une bonne chose mais ce n’est pas suffisant parce que l’objet, c’est d’avoir des élections inclusives et transparentes. »

Poursuivant, Dr Ousmane Kaba explique que « l’inclusivité signifie que tous les partis doivent participer à ces élections. La transparence signifie qu’on a un fichier de bonne qualité et qu’il y a l’équité dans les résultats. »

Et de préciser que « tant que cela n’est pas fait, ce n’est pas une victoire. »

« Même si beaucoup de gens pensent que c’est une victoire qu’on ait reculé mais deux semaines ne me semblent pas suffisantes pour qu’on puisse résoudre ces deux gros problèmes : l’inclusivité et la transparence », affirme- t-il.

Avec GuineeNews

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye

Laisser un commentaire