A LA UNE Actualité politique Tambacounda

Tambacounda : La gestion du maire décriée

De Amédine FAYE, correspondant Téranga News à Tambacounda

Ces temps-ci, le maire de Tambacounda n’a pas la cote auprès de certains acteurs du mouvement hip hop tambacoundois. En cause, ces derniers n’avalisent pas sa façon de gérer les affaires communales, depuis son élection en 2014.

Dans le box de ses accusateurs, deux  rappeurs qui sont très critiques envers lui dans leur dernier single. L’un, c’est Mess de « Black Sadik », 15 ans de présence scénique, coordinateur de « Y en a marre »/Tambacounda. 

L’autre est So Doff, ancien membre de la clique « Man Attack », avec ses 10 ans de carrière musicale. 

Connu  des mélomanes pour  son rap engagé, Mess, a signé, en featuring avec Sa’Aram, « Mame Balla dégage »(titre du single). Sans doute, une manière pour lui de  s’opposer à une éventuelle candidature de Balla Lo à la tête de la municipalité de Tambacounda aux prochaines locales pour un deuxième mandant. 

« On n’a pas  eu trop d’espoir en Mame Balla(…). Pendant cinq ans, il dirige la commune de Tambacounda. On lui a laissé beaucoup de temps pour qu’il travaille, mais (…) il n’ y a aucun résultat sur tous les domaines. Culturellement, socialement, politiquement, il n’y a rien de concret que tu puisses voir et toucher, et dire que c’est l’œuvre du maire Balla. En tout cas moi, je ne vois rien. On a tenu à faire ce son et dénoncer tout cela(…) »(sic), déplore Mess  qui dit connaitre Mame Balla Lo, pour l’avoir côtoyé bien avant 2014 dans les combats qu’ils avaient menés ensemble pour une bonne gestion de la municipalité. 

Tout comme son pair, So Doff déprécie la mandature de Mame Balla  dans « Doyal negnu ». Sur ce titre, il pointe du doigt l’exécutif local pour ne pas s’atteler   à régler « les problèmes de Tambacounda » liés à l’éclairage public, le non-bitumage des rues communales, etc. 

« En tant qu’artiste, notre objectif est d’éveiller les consciences et de provoquer des réflexions. On se bat pour Tamba. On ne peut pas être porteur de voix et  refuser de dénoncer les problèmes des tambacoundois. Tous les secteurs souffrent à Tambacounda(…)», crache l’artiste au bout du fil. 

« A quoi sert le budget de plus d’un milliard de la mairie ? », s’interroge-t-il. 

« Que les jeunes prennent leurs responsabilités». 

Pour So Doff, le maire  n’est pas le seul fautif du retard de développement qu’accuse Tambacounda. Pouvoir central et populations se partagent aussi la responsabilité, analyse-t-il. C’est pourquoi, So Doff incite les jeunes à  prendre leurs responsabilités et à opérer un choix réfléchi sur les personnes qui doivent nous diriger demain. 

De l’avis de Mess, les responsables politiques de Tamba, membres du parti au pouvoir,  ont tous échoué dans leur mission de satisfaire les vraies demandes de la population. 

En dehors de son actualité musicale, Mess travaille à la mise en place « d’un mouvement citoyen formé par des natifs de Tamba, des jeunes de la région ». 

L’acteur culturel précisera que ce mouvement « va s’occuper uniquement des problèmes de la région de Tambacounda ».

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye

Laisser un commentaire