A LA UNE Actualité societe Ziguinchor

ZIGUINCHOR : Entre 2 et 5 femmes enceintes avortent à Kagnobon par mois pendant leur référencement pour échographie

De Youssouf DIAME, Correspondant TerangaNews à Ziguinchor

Avec pas moins de sept mille (7000) habitants qu’il polarise, le poste de santé de Kagnobon, localité située à 52 kilomètres au nord-ouest de Ziguinchor, dans la région éponyme, manque de tout ou presque. Ce poste de santé qui abrite en son sein une maternité, souffre, selon Ousmane Badiane l’infirmier chef de poste,  »notamment de la rupture assez récurrente de médicaments, ajoutée à un plateau sanitaire quasi inexistant, mais aussi à un défaut de ressources financières pour prendre en charge certains agents, sans oublier des cas d’avortement », allant mensuellement de 2 à 5 par mois.

En effet, selon la sage-femme en service à la maternité de Kagnobon, Mme Brigitte Diatta, qui confirme ces chiffres,  » nous enregistrons chaque mois au bas mot 2 cas et au plus 5 cas d’avortement pendant le transport des femmes enceintes respectivement à Bignona situé à 22 Km et Thionck- Essyl qui est situé à 23 Km d’ici ». A l’en croire,  »l’état de la route fait qu’avec les secousses tout au long du chemin, une femme étant entrée dans la troisième partie de sa grossesse encourt des risques énormes, certaines perdent même leurs grossesses ».

Pour sa part, le pharmacien Dr Moussa Diédhiou, originaire de Kagnobon, a embauché la même trompette mettant l’accent, lui, sur le manque d’ambulance au niveau de ce village qui compte au moins sept mille (7000) habitants. A l’en croire,  » Kagnobon n’a pas d’ambulance depuis plusieurs années ; pour les évacuations, les populations utilisent des véhicules particuliers à bord desquels elles transportent les femmes enceintes, non seulement pour les échographies, mais aussi pour les cas d’accouchement ».

Il faut dire que concernant l’échographie, il a fallu le soutien d’une entreprise barcelonaise, contactée par Seckou Diédhiou, un des ressortissants Kagnobonais vivant à Barcelone, pour que cette localité en soit dotée. Réagissant à ce don, Seckou Diédhiou a indiqué qu’il s’agit d’  »un appareil d’échographie de la dernière génération, qui peut fonctionner par télémédecine ».

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye

Laisser un commentaire