A LA UNE Actualité Saint-Louis

Saint-Louis : Les fidèles mouride soumis au diktat des chauffeurs et rabatteurs

Adama SENE (Saint-Louis)

Pour rallier la citée religieuse et célébrer le grand Magal de Touba,  les talibés mourides ont pris  d’assaut les différents lieux de départ  de la ville tricentenaire.  Une occasion  qui a été mise à profit par certains rabatteurs et chauffeurs véreux pour  augmenter les tarifs au grand dam des pèlerins. A la gare routière de la commune ou dans les garages occasionnels, il faut se jouer des coudes et débourser le double du tarif normal  pour trouver une place à bord des taxis 7 places,  mini-cars ou bus en partance pour  la ville sainte de Touba.

Pour rien au monde, les talibés mourides n’ont voulu rater la célébration du grand Magal de Touba. Raison pour laquelle en dahira ou en individuel, ceux  de la capitale du Nord ont convergé vers   les lieux de départ pour Touba. Au garage occasionnel de Pikine X Tall  de Sor, sacs à dos ou valises à la main, les talibés se démènent comme de beaux diables  pour trouver une place dans les bus  stationnés pour le transport des fidèles  vers la ville sainte. Un rush qui n’est pas sans conséquence puisque les clients ont vu les tarifs flamber à une vitesse  vertigineusement. Une situation fustigée par les voyageurs qui la jugent anormale. « Depuis presque une semaine, les « coxeurs » et chauffeurs véreux ont mis des stratégies pour augmenter le prix des billets du Magal. Le plus petit sac de voyage  est facturé. Chauffeurs et rabatteurs  ne font rien pour faciliter le voyage aux pélerins » a dénoncé une  dame. En compagnie de  deux enfants, Abdou khafor Mbow visiblement excédé par le comportement des chauffeurs, enfonce le clou. « Les chauffeurs des bus et mini-bus n’ont pas de pitié  envers les talibés.

 Les pratiques peu orthodoxes  qu’ils font dans les garages, sont très différentes avec les enseignements de Serigne Touba envers son prochain. Les fidèles peinent à débourser les 7000 à 10.000 F qu’ils nous réclament. En cette période,  ils ont plus que doubler le tarif. Cette situation est vraiment regrettable. Est-ce que réellement,  les chauffeurs et rabatteurs n’ont pas à la place du cœur une grosse pierre » a-t-il râlé.   Pour d’autres talibés, même s’il faut déplorer l’augmentation abusive du prix des billets vers Touba  à cause de  la rareté  de véhicules, rien ne les empêcherait à rallier la ville sainte.

« Les  tarifs  ont flambé sans aucune raison, mais il est hors de question de rater le grand Magal de Touba. Car c’est l’instant idéal que nous talibés,  avons  pour communier et prier avec nos  marabouts. Et puis un bon talibé  mouride n’ose ménager aucun effort pour répondre à l’appel de Serigne Touba, Khadim Rassoul » a soutenu Bassirou Loum.

 Indexés par les milliers de pèlerins  en souffrance dans les garages, les chauffeurs et autres « coxeurs » relativisent et rejettent énergiquement les accusations portées à leur encontre. Selon certains d’entre eux , il faut qu’ils  augmentent le billet pour s’en sortir.  « C’est une situation justifiée parce qu’en allant à Touba, on fait le plein, mais pour revenir prendre les clients dans les régions, nous sommes obligés de rouler à vide au retour. Donc il faut que les voyageurs nous comprennent sinon nous ferons de grosses pertes après le Magal. Aucun chauffeur   ne travaille pour ensuite se retrouver avec des dettes de carburant », a expliqué  Assane Yade, chauffeur de bus de 60 places.

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye

Laisser un commentaire