A LA UNE Actualité Matam societe

Matam : Dondou déclare la SDER, personna non gratta

De Thierno Baye DIENE, Correspondant TerangaNews à Matam

La zone nord du pays risque d’être une forteresse imprenable pour la SDER. Après les villages de Ndouloumadji et leurs environs, c’est au tour de la grande bourgade de Dondou de dire vigoureusement non à la privatisation de son forage.

Le village et ses 13 milles habitants, drapées de rouge se sont retrouvés à la place publique pour tenir leur point de presse. La foule brandissait des pancartes où on pouvait lire entre autres « SDER dégage » « non à la privatisations de notre forage » « touche pas à mon forage ».

Souleymane konté, un foulard rouge autour du cou portait leur parole: « Où était l’État quand la population de Dondou buvait l’eau du fleuve? Où était l’État quand on construisait notre forage avec nos propres moyens? Ici à Dondou, l’État n’a rien fait pour nous. Tout ce que nous avons, c’est grâce à nos émigrés. Aujourd’hui, l’État veut nous prendre notre bien pour le confier à des étrangers, nous disons non. Nous donnerons nos vies, s’il le faut » déclare-Thomas devant une foule surexcitée.

Les populations de cette grande bourgade de la commune de Bokidiawé, située à près 30 km de la route nationale avaient toujours souffert de leur enclavement. Organisées autour de leur association locale, elles ont décidé de prendre en charge leurs préoccupations. C’est ainsi qu’elles ont construit leur poste de santé, leurs établissements scolaires et leur forage. Ces efforts colossaux ont fini de renforcer leur sentiment d’être laissées en rade par l’État du Sénégal. « Cette volonté de l’État est une déception pour nous les populations de Dondou, avec une population de plus de 13 milles âmes, nous nous attendions à ce que notre terroir soit érigé en commune, et c’est d’ailleurs ce qui était prévu avec l’acte 3 de la décentralisation » enfonce le porte parole du jour.

Les contestations qui sont en train de faire tâche d’huile dans les localités de la région de Matam risquent de contrarier sérieusement les projets de l’État de céder la gestion des forages en zone rurale à la SDER, Sénégalaise des Eaux Rurales.

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye

Laisser un commentaire