Actualité Afrique international

Burkina Faso : Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé condamnés à 20 ans et 10 ans de prison

Le verdict tant attendu est enfin tombé. Près de quatre ans après l’irruption de soldats de l’ancien régiment de sécurité présidentielle (RSP) dans la salle du conseil des ministres, au palais de Kosyam, pour arrêter les responsables de la transition, le 16 septembre 2015, Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé, accusés d’être les principaux instigateurs de ce qui restera dans les mémoires comme le « coup d’État le plus bête du monde », ont été respectivement condamnés à 20 ans et 10 ans de prison ferme.

Après avoir dirigé l’éphémère Conseil national pour la démocratie (CND), la junte qui avait pris les rênes du pays, Gilbert Diendéré avait, sous la triple pression de la rue, d’une frange loyaliste de l’armée et de la communauté internationale, rendu le pouvoir au bout d’une semaine. Il était poursuivi pour « attentat à la sûreté de l’État », « trahison », « meurtres et coups et blessures ».

De son côté Djibril Bassolé, ex-ministre des Affaires étrangères de Blaise Compaoré, est lui accusé de complicité et de soutien aux putschistes. Son nom a notamment été au cœur de l’affaire des écoutes, où on l’entend évoquer un plan de soutien financier et opérationnels aux militaires du RSP avec Guillaume Soro, l’ancien président de l’assemblée nationale ivoirienne.

Avec Jeune Afrique

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye

Laisser un commentaire