A LA UNE Actualité Afrique economie

Mauritanie : La Banque mondiale octroie un appui budgétaire de 50 millions US à Nouakchott 

La Banque mondiale a approuvé aujourd’hui un don de 50 millions de dollars américains pour aider le gouvernement mauritanien à améliorer le cadre réglementaire et les compétences des travailleurs afin de renforcer la concurrence et l’inclusivité du secteur privé. Cet appui entre dans le cadre du renforcement de la stabilisation de l’économie mauritanienne

Selon un communiqué de la Banque mondiale reçu par Teranganews, «ce premier appui budgétaire d’une série de trois opérations est aligné sur la Stratégie de croissance accélérée et de prospérité partagée (SCAPP) 2016-2030, et il est soutenu par des activités d’assistance technique (AT) en cours notamment dans le cadre des projets actifs du Cadre de partenariat 2018-2023 entre la Mauritanie et la Banque mondiale».

Selon Laurent Msellati, représentant de la Banque mondiale en Mauritanie, «il est important de commencer une nouvelle série d’appui budgétaire après la stabilisation réussie de l’économie grâce notamment aux premières opérations que la Banque mondiale avait financées. Cette nouvelle série traitera des réformes dans des secteurs clés, notamment la concurrence, l’économie numérique et l’éducation dans le contexte d’une transition politique», souligne le document.

Poursuivant la note de préciser que «plus précisément, ce nouvel financement appuiera les réformes de l’environnement des entreprises en renforçant l’accès des opérateurs économiques à une justice commerciale efficace et transparente et à des informations fiables sur les entreprises et les actifs garantis », a indiqué Wael Mansour, chef d’équipe du projet au sein de la Banque mondiale. En outre, cet appui budgétaire soutient les réformes qui éliminent les obstacles à l’investissement et à la concurrence sur le marché de l’Internet à haut débit et à faciliter un accès équitable aux services de TIC. Enfin, il soutient des réformes visant à améliorer la formation et les compétences des enseignants, les systèmes de recrutement et l’efficacité de leur déploiement.

Enfin, «l’opération a été préparée à la suite d’un vaste processus de consultation impliquant le gouvernement, les partenaires de développement, le secteur privé et la société civile. Il s’appuie également sur les résultats du diagnostic systématique par pays (SCD 2017)».

A propos de l'auteur

Khadim FALL

Laisser un commentaire