A LA UNE Actualité societe Tambacounda

Tambacounda : « Binta Camara était une bienfaitrice de son vivant »

Les témoignages sont unanimes à l’endroit de la défunte ancienne élève du Lycée Mame Cheikh Mbaye de Tambacounda. Tuée dans des circonstances terrifiantes, Bineta Camara est décrite comme une personne humble, pieuse gentille et généreuse. Teranganews a recueilli les témoignages de ses proches et amis témoignent sur la défunte Binta Camara.

Amédine FAYE, correspondant de TérangaNews à Tambacounda.

Pour son ancienne camarade au Lycée Mame Cheikh Mbaye en classe de Terminale S2, « Bineta était une fille pieuse, généreuse et gentille », témoigne Aminata qui a cheminé avec elle au Lycée.

Ce qu’on confirme les dires de son oncle et porte parole de la famille en cette douloureuse circonstance, « elle ofrait des cadeaux spéciaux. Des nattes de prière, des chapelets, des bouilloires. Cela prouve à suffisance que c’est une fille pieuse et généreuse », exprime Abdoulaye Diouf.

24 heures après sa mort, les personnes, qui l’avaient connue, gardent souvenance des qualités de la jeune Binta Camara.

Même son de cloche pour Dabo, son ancien camarade de classe, reteint son humilité.  De la même manière, il confie que Binta venait  financièrement en aide à ses amis qui étaient dans le besoin.

Selon M. Diouf, proviseur du lycée communal de Tambacounda, ami du père de la victime, « Binta Camara avait un comportement décent. Pieuse, elle était dans la dévotion et incitait ses amies à la prière », confie-t-il, le visage visiblement marqué par cette perte subite et tragique de son ancienne élève.

Mme Aminata, présidente d’une organisation féminine, parle d’elle sous le coup d’une émotion qu’elle a du mal à cacher.

« Son père et sa maman lui ont donnée une bonne éducation de base. Bineta était toujours chez elle, tu ne la rencontrais nulle part ailleurs », lâche la dame. Sa fille et la victime étaient des amies inséparables.

Binta Camara tenait souvent la boutique de sa mère au marché central de Tambacounda. Le jour de sa mort, elle était dans la boutique  jusque dans l’après-midi, avant  de rejoindre le domicile familial au quartier Saré Guilel (Tambacounda, sud) où elle a trouvé la mort la nuit du samedi dernier.

Ce commerçant du marché central l’a connue. A l’entendre, « la jeune dame était intègre et entretenait de bonnes relations avec les commerçants du marché ».

Ce taximan, quant à lui, se souvient de la jeune fille. Il l’a une fois rencontrée.

« Je l’ai une fois amenée au quartier Plateau avec un matelas neuf d’une valeur de 60.000 fcfa. En cours de route, je lui ai demandé à qui était destiné ce matelas, elle m’a fait savoir qu’elle l’a acheté pour des personnes qui n’avaient pas de couchage », raconte-t-il.

Et, quand Malick Diop qui l’a côtoyé prés de dix ans, ça devient plus solennel et empreint de beaucoup de souvenirs. « Bineta était tout pour moi. Elle était mon patron. Il ya une semaine elle m’a appelé à la boutique sise au marché central pour me dire de choisir un tissu pour ma femme, pour les besoins de la fête de la Korité. Je lui ai dit de choisir pour moi, et elle m’a offert gracieusement un tissu que j’ai remis à ma femme », témoigne Ako.

Très affecté le vigile de prier pour le repos éternel, « je n’oublierai jamais Bineta. Je prie que Dieu l’accueille en son Paradis ».

Comme pour dire, que Binta Camara était une bienfaitrice de son vivant.

A propos de l'auteur

Khadim FALL

Laisser un commentaire