A LA UNE Actualité Education

La coordination des étudiants de l’Ugb fait son mea-culpa : «Nous déplorons ce qui s’est passé dans le bureau du recteur » 

Adama SENE (Saint-Louis) Teranganews

Après avoir vandalisé le bureau du Recteur de l’université Gaston Berger de Saint-Louis en y déversant d’eau usée, les étudiants ont fait amende de leurs actes. La coordination des étudiants de Saint-Louis(CESL) dit regretter ce qui c’est passé.

Quelques heures après la réunion de l’Assemblée de l’université restreinte et les différentes décisions qui s’en ont suivi, la coordination des étudiants de Saint-Louis a fait face à la presse. Une occasion que ces derniers ont saisie pour regretter les actes de vandalisme perpétrés au Rectorat de l’Ugb.

A en croire le porte-parole du jour, « il n’a jamais été dans leur intention de faire du mal à quelqu’un à plus forte raison le recteur qui leur premier partenaire dans l’institution. «Nous déplorons ce qui s’est passé dans le bureau du recteur. Le recteur est notre meilleur allié. A chaque fois que la coordination a des problèmes, il est le premier à se lever pour nous accompagner », a-t-il dit.

D’après le porte parole du jour « la Cesl a voulu seulement  poser un acte symbolique pour attirer davantage l’attention des autorités universitaires sur le calvaire que les étudiants vivent avec le déversement des eaux usées dans le campus social et dans les restaurants. Malheureusement le Saes a publié un communique pour tenter de nous diaboliser. Certains membres du Saes et du Pats  ont travesti et aggravé la réalité des faits en  avançant que le recteur a été insulté et agressé. Ce qui est archi-faux ». Avant de renchérir, « d’ailleurs lui-même l’a reconnu lors de l’Assemblée de l’Université. Donc nous appelons à tout le monde à  savoir raison garder parce que nous ne sommes pas l’ennemi du recteur  et vice-versa » a soutenu Mamadou Lamine Bara Kane.

Revenant sur les mesures disciplinaires annoncées par l’UA, la coordination se dite prête à répondre à la commission de discipline, mais avant cela que tous les problèmes soulevés par les étudiants connaissent des solutions concrètes. « Les responsables de la Cesl n’ont pas peur d’être sanctionnés, mais avant de penser aux sanctions, que les autorités universitaires s’occupent d’urgence au calvaire actuel des étudiants » a-t-il conclu.

A propos de l'auteur

Khadim FALL

Laisser un commentaire