A LA UNE Actualité Dakar societe

Violences faites aux femmes : L’Association des juristes sénégalaise a recensé 1313 cas en 2017

En 2017, l’Association des juristes sénégalaise (AJS) recensait 1313 cas de violences, sans les chiffres de leur boutique de droit de Kolda. En 2018, rien qu’au premier semestre, dans la boutique de droit de Pikine étaient enregistrés 194 cas de violences conjugales, alors qu’à Dakar, la commune, avec la boutique de la Médina, on était à 606 cas.

« C’est énorme », dit-la présidente de l’AJS Fanta Guèye Ndiaye qui définit en passant, au plan juridique, le terme « violence ». « Elle est tout acte qui entraîne des tourments physiques, moraux, qui touchent l’intégrité physique, morale et sexuelle de la personne ».

« Maintenant, la violence conjugale, c’est quand cette violence-là est subie par l’un des époux et qu’elle est commise par l’un d’entre eux. Donc, cela peut-être le mari ou la femme. Ainsi, c’est dans le ménage que cela se passe. Mais in faut noter que cette violence conjugale prend différentes formes. Elle prend cette physique, morale, économique et sexuelle. Dans le ménage, entre époux, on peut subir ces différentes violences », ajoutait-elle. Aussi, elle est punie par la loi. « Si je ne m’abuse, dit-elle, l’article 166 du Code de la famille dit que la maltraitance, les injures graves, les coups et blessures peuvent être des causes de divorce. Si la femme introduit une demande, il peut être prononcé au tort du mari, parce qu’il est avéré qu’il y a des faits de violence. Il y a une loi pénale qui sanctionne toute forme de violence de quelque nature que ce soit », assure-Mme Ndiaye.

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye

Laisser un commentaire