A LA UNE Actualité Presse du jour

Presse du jour : La politique avec la liste noire du président Sall avec le financement de la campagne, actualité phare des quotidiens

L’Enquête ouvre à sa Une, avec le financement de la campagne, titré : « La liste noire du président ». Dans cet article, le journal dévoile des secrets au sujet des souteneurs et bailleurs ‘’clandestins’’ des candidats… de l’opposition. D’après le quotidien Enquête, « de gros calibres du régime ont soutenu des candidats de l’opposition, des responsables de premier plan, insoupçonnables. Le travail de renseignement de très haut niveau a surtout fonctionné dans les zones où le candidat de Benno a perdu, y compris chez certains marabouts qui étaient supposés être dans le camp du pouvoir. Il n’y a pas des marabouts, loin s’en faut, mais aussi des politiciens purs et durs ».

Le journal affirme que le président est au courant et que toute la question est maintenant de savoir si cela va orienter le ‘’sabre’’ présidentiel vers des têtes bien connues.

Dans la même dynamique, l’Enquête a fait peser l’analyse des résultats du scrutin présidentiel dans son journal. Des analystes en sont arrivés à la conclusion que l’invalidation des candidatures de Karim Wade et de Khalifa Sall, et le boycott d’Abdoulaye Wade ont plus profité à Idrissa Seck et à Ousmane Sonko qu’au président Macky Sall.

Une étude qui, selon ces analystes, découle d’une série de sondages menés tout au long de la période préélectorale, dans tous les départements du pays, avec des échantillons de 3 600 à 6000 personnes, garantissant ainsi une bonne représentativité. Au terme des sondages, ils en sont arrivés à la conclusion que le président Macky Sall se trouve entre 57 et 58 % depuis octobre 2018, tandis que le cumul d’Ousmane Sonko et d’Idrissa Seck est inférieur à 20% sur toute la période, hors électeurs indécis ou qui ne se prononcent pas.

Seulement, « Idrissa Seck entame une progression significative, après l’invalidation des candidatures de Khalifa Sall et de Karim Wade, alors que pendant toute l’année 2018, il affiche un score quasi constant à 3%. Pour ce qui est d’Ousmane Sonko, l’étude révèle qu’il est celui qui enregistre la plus forte progression de ces intentions de vote pendant l’année 2018. Issa Sall, lui, se retrouve, sur toute la période, à des niveaux inférieurs à son score aux élections législatives. L’absence de Khalifa et Karim est une aubaine pour Idy et Sonko parce que, selon l’étude relayée par l’Enquête, les indécis et les électeurs de tous les prétendants non présents à l’élection ont voté très majoritairement en faveur d’Idrissa Seck et d’Ousmane Sonko ».

Le Quotidien L’AS rebondit sur les conséquences du départ de Me Madické Niang du Pds. D’après le journal,  le président du groupe parlementaire Liberté et Démocratie, Serigne Cheikh Bara Dolly Mbacké a saisi d’une lettre, le président de l’Assemblée nationale pour réclamer la déchéance de Me Madické Niang de son mandat de député. Le président du groupe parlementaire se fonde sur la déclaration de Me Madické Niang dans la presse annonçant sa démission du Pds, pour demander l’application de l’article 60 de constitution et l’article 7 de la loi portant règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Ces textes interdisent à tout député de démissionner du parti sous la bannière duquel il est élu parlementaire. Par conséquent, Cheikh Bara Dolly Mbacké demande que Me Madické Niang soit automatiquement déchu de son mandat et remplacé.

Le Quotidien lui, a mis le doigt sur l’organisation des élections locales avec pour titre : « Le parrainage impossible ». « Les Locales enregistrent en général une pléthore de listes. Et un filtre est nécessaire à ce titre. Seulement, en l’état actuel de la loi sur le parrainage, il est quasi impossible, techniquement, d’organiser des élections municipales et départementales. Aussi bien pour la collecte que pour le dispositif de contrôle. Il est, par conséquent, évident qu’on ne peut en rajouter un couplage avec des Législatives. Voilà pourquoi des réformes s’imposent. Et au plus vite, écrit- le Quotidien.

« Débat sur un éventuel 3ème mandat : Seydou Guèye affirme que Macky Sall entame « son dernier mandat ». Ce titre du Quotidien a l’air de clore le débat qui empoisonne la réélection de Macky Sall depuis quelques jours. Le porte-parole du gouvernement est formel. « Vous avez la réponse… c’est vous qui l’avez dit. C’est ça la réalité. C’est son dernier mandat ! Puisque nous sommes partis sur une révision de la Constitution qui a été une révision consolidante », confirme-t-il dans le Quotidien.

Parlons Santé

Beaucoup de Quotidiens ont mis un point d’honneur sur les plus de 800 malades en attente de dialyse. Dans sa rubrique ‘’Social’’, Sud-Quotidien a étayé les chiffres et l’analyse livrés par le Docteur Doucouré, directeur de la lutte contre ladite maladie. La prévalence de l’insuffisance rénale au Sénégal est estimée à 4,9%. Selon Docteur El Hadj Fary Kâ, néphrologue, chaque année, en raison d’un diagnostic tardif, des millions de personnes décèdent prématurément d’insuffisance rénale chronique et des complications cardiovasculaires qui lui sont associées. Dans ce pays, si 753 patients sont dialysés par an dans les structures de santé du public, plus de 200 personnes le sont dans le privé pour un coût de plus de 2 milliards.

« Il n’y a pas de chiffres exacts concernant celles qui sont concernées par la liste d’attente. Il y en a qui s’inscrivent dans plusieurs hôpitaux dans l’attente d’être pris en charge. Ce qui rend difficile la fiabilité des données », fait-il savoir en prélude à la journée mondiale du rein qui sera célébrée jeudi 14 mars sous thème : « Des reins en bonne santé partout et pour tous ». Revenant sur le don d’organe qui doit permettre aux personnes souffrant d’insuffisance rénale d’être guéris, le docteur Doucouré avance : « d’ici peu le comité sera mis en place et le don d’organe pourra démarrer ».

Place à l’actualité Société majeure, de cette revue du jour

« L’école publique est bien affectée ». C’est dans un entretien qu’il a accordé à Sud-Quotidien que Mamadou Diouf, ancien SG SUDES et de la CSA affirme cela. Le journal relate que l’ancien SG confirme que l’école publique est bien affectée, qu’il y a certes la question du quantum horaire qu’on lie trop vite aux nombreuses grèves d’enseignants, d’élèves et étudiants. Mais sur ce plan, il y a bien d’autres déperditions qui résultent de l’état même des infrastructures et équipements scolaires, de la qualité pour tous. Selon lui, on devra s’appuyer sur deux leviers pour éviter toute perturbation : le respect total des accords et l’action syndicale… à revoir.

Entre autre fait de société, un livre sur Thione Seck. Le journaliste Fadel Lô a produit un ouvrage sur l’artiste-chanteur Thione Ballago Seck dont la cérémonie de dédicaces du livre a eu lieu mardi 12 mars. Dans cet ouvrage intitulé « Paroles de Thione Ballago Seck, un poète inspiré et prolifique », l’auteur met en exergue les paroles musicales du lead vocal du Raam Daan. S’expliquant sur le titre du livre, Fadel Lô affirme : « Les gens ont tendance à dire que Thione Seck est le plus grand parolier de la musique sénégalaise mais, il n’y avait pas de preuves palpables et concrètes ».

Revue Sportive

L’AS Quotidien renseigne que la fédération confirme le choix de Thiès. Le match qui va opposer le Sénégal à Madagascar pour le compte de la 6ème et dernière journée des éliminatoires de la Can 2019 devrait avoir lieu au stade Lat Dior de Thiès. C’est le souhait du président de la Fédération Sénégalaise de Football (Fsf) Me Augustin Senghor, en marge du Comité régional de développement (CRD) tenu mardi 12 mars à Thiès.

Le président de ladite Fsf a annoncé la mise en vente de 8.500 tickets d’entrée au maximum et l’installation d’un fan zone avec écran géant sur la promenade des Thiessois, pour permettre à ceux qui n’auront pas accès au stade de suivre en live le match dans de bonnes conditions.

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye

Laisser un commentaire