A LA UNE Actualité Dakar politique

Les jeunes de l’opposition exigent la libération immédiate de leurs camarades arrêtés

Les jeunes de l’opposition ont fait face à la presse lundi 4 mars. D’après eux, les arrestations dont sont victimes leurs camarades dont ceux du parti Rewmi, relèvent de l’injustice. Ils demandent à l’Etat leur libération immédiate faute de quoi, les rues de la capitale seront envahies.

« Face à l’intimidation, nous allons répondre présents», brandissent-ces jeunes, réunis au Quartier Général de la coalition Taxawu Dakar.  «Nous donnons une semaine au régime de Macky Sall », sinon, ajoutent-ils, « nous resterons debout et nous ferons face ».

« S’ils ne sont pas libérés dans les meilleurs délais, nous allons appeler l’ensemble des forces vives de la Nation à la Place de l’Obélisque pour un rassemblement pacifique », soutiennent-Badara Gadiaga de Rewmi et le secrétaire général des jeunes socialistes Bassirou Samb. Notifiant qu’ils ne quitteront pas cette place tant que leurs frères ne seront pas libres.

 Très déterminés à faire libérer leurs camarades, Bassirou Samb et Cie invitent toute la population sénégalaise à venir soutenir ces derniers demain, mardi 05 mars lors de leur jugement au Palais de justice de Dakar.
Des membres de l’opposition ont récemment été arrêtés au cours de manifestations post-électorales à Thiès et à Dakar. Une situation qualifiée « d’intimidation » et « d’acharnement » par cette jeunesse, poussée à bout par l’interpellation dimanche dernier du Colonel Abdourahim Kébé.
Un homme qui, selon ces opposants, « a servi le Sénégal un peu partout dans le monde» et «n’a fait que publier un message patriotique via sa page Facebook ».
A cet effet, ils rappellent la réaction de Macky Sall en 2012 qui avait publié via sa page officiel que «le régime d’Abdoulaye Wade voulait confisquer le pouvoir et que s’il persiste nous allons au Palais le déloger».
Arrêtés au cours d’une manifestation, ces jeunes vont faire face à la barre ce mardi 5 mars. Ils sont poursuivis pour tourble à l’ordre public et rassemblement non autorisé. Ils s’agit de neuf jeunes et adultes et trois femmes.

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye

Laisser un commentaire