Actualité economie Kaolack

Kaolack : Session budgétaire à la chambre de commerce : L’emploi prime pour cette année

La chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Kaolack (Cciak) a procédé, samedi dernier, au vote de son budget 2019. Comparé en 2018 où il a été limité à 435 906 475 FCfa, ce budget est arrêté cette année à 462 406 475 FCfa en recettes et dépenses, et a connu une hausse de 26 500 000 FCfa, soit 6,07%. Ainsi pour le président Serigne Mboup, cette année d’exercice budgétaire verra une participation à grande échelle de la chambre consulaire au programme de lutte contre le sous-emploi, histoire de contribuer à la promesse d’un million d’emplois faite par le président Macky Sall pour ce prochain quinquennat. Bien que pour eux, il est certes possible de favoriser la création de l’auto-emploi à tous les niveaux des secteurs d’activités, mais de par leurs objectifs et autres convictions, ils se disent prêts à mettre plus l’accent sur le développement de l’industrialisation des produits locaux.

Selon Sud Quotidien, c’est un exercice qui va sans doute passer par la transformation et la mise sur le marché des produits tirés de l’agriculture, la pêche, l’élevage et l’artisanat. Il s’agit aussi de moderniser le secteur de la commercialisation en y apportant les outils nécessaires tendant à rendre les produits compétitifs et accessibles aux consommateurs afin que les industries puissent subsister durablement. Prenant ainsi comme exemple la Foire internationale de Kaolack (Fika) qui est d’un succès total pour tous les opérateurs économiques, ce projet de création massive d’emploi sera sans doute renforcé par des journées économiques du terroir qui seront alternées au niveau des différents départements peuplant la région de Kaolack. Ainsi, compte tenu des énormes investissements concédés par l’Etat pour redynamiser la station portuaire de Kaolack, ce besoin d’industrialiser le secteur économique et d’absorber le maximum d’emplois peut augurer de nouvelles perspectives à côté du site industriel de Kahone dont les travaux de renforcement de l’assiette ont débuté grâce à la présence de l’Agence de promotion des sites industriels (Aprosi).

A propos de l'auteur

Mame Khary Leye

Laisser un commentaire