A LA UNE Actualité Matam societe Travel

Corridor Dakar-Rosso : Le syndicat des routiers décrètent une grève illimitée pour dénoncer les tracasseries

Adama SENE (Saint-Louis) Teranganews 

Les chauffeurs sénégalais des camions gros-porteurs roulant sur le corridor Dakar-Rosso-Dakar  sont en grève depuis Mardi 26 mars à 00 heure. Une manière pour ces derniers de dénoncer les nombreuses tracasseries dont ils sont victimes à la frontière de Rosso Mauritanie. Ainsi après plusieurs alertes adressées aux autorités sénégalaises  sans suite favorablement à leurs requêtes, les camarades de Gora Khouma ont finalement mis en exécution leur menace de grève paralysant  tout le trafic de camions entre les deux pays.

Les files de camions gros-porteurs en attente pour la traversée vers Rosso-Mauritanie ornent le décor le long des routes et alentours de la gare routière de Rosso-Sénégal. Une situation inhabituelle, mais  qui est due à la grève illimitée,  entamée par le syndicat des routiers du Sénégal pour fustiger les multiples tracasseries dont ses membres sont soumis quotidiennement par les responsables du transport de l’autre rive.

 

A en croire Mor Ndiaye, un des leaders du syndicat des routiers du Sénégal dépêché sur les lieux, pourtant toutes les autorités concernées par la question ont été saisies pour qu’on n’arrive pas à cette situation d’arrêt du trafic. « Trop, c’est trop. Nous avons tout supporté depuis 2011. Mais la goutte qui a fait déborder le vase, c’est l’assurance de 03 jours que nous imposent les autorités mauritaniennes pour traverser le bac. Non seulement elle nous coute très chère, 26.000 f Cfa pour 72 heures,  mais pire elle ne nous sert en rien en cas d’accident en terre mauritanienne. Pourtant en matière d’assurance, c’est à l’assuré de choisir la  durée d’un mois,  d’un semestre, d’une année ou le temps qu’il faudra pour s’assurer ».

 

« Ce que ne veulent nullement entendre les assureurs mauritaniens. Il faut que les soucis des camionneurs sénégalais à la frontière de Rosso cessent » a déclaré M. Ndiaye. Très amer, le responsable syndical rappelle que les autorités mauritaniennes respectent peu la convention qui lie les deux pays en matière de transport routier. «Rien n’est toléré aux chauffeurs sénégalais. En cas de panne sur le bac, le routier sénégalais paie par minutes le stationnement  quelque soit la durée de la panne. Pourtant si c’est l’inverse et que le ferry connaisse un retard de 48 heures, les mauritaniens ne te remboursent un rond. Ce qui est anormal » a-t-il ajouté.

 

Saisissant la balle au bond, son camarade Abdoulaye Sow et par ailleurs membre du bureau national du syndicat enfonce le clou et dresse une liste peu exhaustive des tracasseries à la frontière. Selon lui, les routiers sénégalais ne sont pas pris au sérieux par les responsables du transport mauritanien. « En ce qui concerne la convention de 2011, tous les points sont respectés par le Sénégal, ce qui est loin du cas de l’autre partie.  On ne peut comprendre les réactions des gérants du ferry qui trouvent toujours un moyen pour déclarer une surcharge après  le pesage au pont-bascule contrôlé par des mauritaniens. Ensuite nos camions ne peuvent plus faire plus de 05 km à l’intérieur de la Mauritanie pour décharger leurs marchandises, pourtant on rencontre dans tous les marchés du Sénégal, des camions de la RIM déchargeant de la marchandise ».

 

« Parfois deux camions sénégalais en règle,  qui ont le même tonnage arrivent ensemble au bac, mais l’un passe et l’autre  est retenu sans aune raison valable, parce que la tête du chauffeur ne plait au policier ou au douanier en faction » a fulminé Laye Sow. Il faut signaler que c’est une gréve illimitée qui est déclenchée par le syndicat des routiers du Sénégal, en attendant la réaction des autorités des deux pays.

A propos de l'auteur

Khadim FALL

Laisser un commentaire